Le déficit des caisses sociales continue à se creuser en Tunisie
#ASavoir #Actualite #Agenda #BuzzNews #Decideurs #Economie #EnDirectDe #Institutions #Politique #TUNISIE
Diane Janel
jeudi 16 mars 2017 Dernière mise à jour le Jeudi 16 Mars 2017 à 10:19

En Tunisie, le déficit des caisses sociales a quasiment doublé en 2 ans : en 2017, il s’élèvera à 478 millions de dollars alors qu’en 2015, il s’élevait à 288 millions. Le gouvernement tunisien s’inquiète de cette situation et compte bien avancer sur ce dossier.

 

Le ministre des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi, s’inquiète du déficit des Caisses sociales qui continue de se creuser. Si l’on en croît les derniers chiffres, le déficit a doublé, passant de  288 millions de dollars en 2015, à 478 millions l’année dernière.

Pour la Tunisie, il est urgent de s’entendre avec les partenaires sociaux pour résoudre ce problème. De ce fait, la question du déficit a été soulevée lors de la journée d’études sur la réforme des systèmes de sécurité sociale, organisée par l’académie de l’Union tunisienne de l’industrie.

Stopper le déficit

Le 13 mars,  cette journée d’études sur la réforme des systèmes de sécurité sociale a été planifiée  par l’académie de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA) en collaboration avec l’organisation internationale du travail (OIT).

Le membre du gouvernement Mohamed Trabelsi a reconnu que les systèmes de sécurité sociale en Tunisie sont efficaces puisqu’ils favorisent la consolidation de la justice sociale. Cependant, le ministre a mitigé ses propos en abordant la question du déficit des caisses sociales. Il a rappelé que les cotisations des affiliés ne peuvent désormais plus constituer l’unique source de financement, au risque de creuser davantage le déficit.

Engager des réformes

D’après plusieurs observateurs, ’Etat ne pourra pas éternellement renflouer le budget des caisses, comme en 2016 et en 2017, lorsqu’il a versé 130 millions de dollars et 217 millions pour éviter l’effondrement.

Pour cela, le système de sécurité sociales tunisien doit engager des réformes pour rattraper le retard pris au niveau social selon de nombreux experts. A cet effet, le ministre a proposé de se pencher sur la diversification des sources de financement, la révision de l’âge de départ à la retraite ou encore l’adhésion des travailleurs du secteur informel à la sécurité sociale.

Seulement, pour être efficaces, ces réformes doivent s’éffectuer avec le consentement de tous les parties concernés, y compris l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) et l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA).

Pour en savoir plus sur l’économie de la Tunisie, découvrez nos vidéos exclusives :

    

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *