Les franco-libanais qui murmurent à l’oreille des candidats à la présidentielle française
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #EnDirectDe #Politique #LIBAN
Karl Demyttenaere
jeudi 16 mars 2017 Dernière mise à jour le Jeudi 16 Mars 2017 à 17:16

En mai prochain, un nouveau Président de la République sera élu en France. Certains candidats, dont les favoris, comptent dans leur entourage immédiat des personnalités franco-libanaises influentes.

Le milliardaire Fouad Makhzoumi, soutien de François Fillon, accompagné de son épouse

Le Liban est une destination importante pour les candidats à l’élection présidentielle en France, d’abord, en raison de sa proximité avec la Syrie mais aussi en raison des liens historiques entre les deux pays et enfin parce que le Pays du Cèdre compte 17 000 Français inscrits sur les listes électorales.

Un soutien encombrant pour Fillon ?

Dès alors qu’il était candidat à l’investiture du parti conservateur Les Républicains, François Fillon s’est rendu sur place en juin 2016 en mettant l’accent sur la défense des chrétiens d’Orient. On retrouve dans son entourage Fouad Makhzoumi, industrie libanais fondateur du Parti du dialogue national et ayant fait fortune dans la vente de pipelines aux monarchies du Golfe.

Nos confrères de Mediapart ont révélé le 14 mars que, à quelques mois de la primaire, François Fillon a signé un contrat avec le milliardaire Fouad Makhzoumi, via la société de François Fillon 2F Conseil. L’ancien Premier ministre  « a-t-il empoché des fonds de la part de FPI sur la base du contrat signé au début de l’année 2016 ? Et à quelle hauteur ? », s’interroge le site d’information en ligne français.

Des communiquants et des jeunes prometteurs

L’ancien chef du gouvernement n’est pas le seul à compte un franco-libanais dans son entourage. Bernard Mourat, ex-directeur général adjoint du pôle médias du groupe SFR, filiale du groupe Altice, a rejoint en octobre 2016 Emmanuel Macron, qui s’est rendu en janvier dernier à Beyrouth.

Il est devenu l’un des conseillers spéciaux du candidat d’En Marche. Il doit apporter au mouvement “sa connaissance des milieux d’affaires, et sera notamment actif dans la levée de fonds” précisait le communiqué publié par En Marche! officialisant l’information.

Plus à gauche de l’échiquier politique, on retrouve une étoile montant libanaise au Parti Socialiste. Rita Maalouf ne fait partie de l’équipe de campagne de Benoit Hamon. Candidate malheureuse du PS dans la 10ème circonscription des Français de l’étranger lors des législatives de 2012 continue son ascension et grimpe progressivement les échelons du parti.

Pour en savoir plus sur l’économie libanaise, découvrez nos vidéos inédites :

    

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *