Top 5 des femmes chefs d'entreprise en Algérie
#ASavoir #AnalyseEconomique #Decideurs #Economie #Entreprises #VieDesEntreprises #ALGERIE
Ecomnews Med Redaction
vendredi 17 mars 2017 Dernière mise à jour le Vendredi 17 Mars 2017 à 13:42

En Algérie, de plus en plus de femmes parviennent à occuper la place qui leur revient sur l’échiquier entrepreneurial en lançant leur propre projet. Focus…

En Algérie, le nombre de femmes actives est passé de 625 000 en 1994 à plus de 2 millions en 2012. Parmi ces femmes, les plus ambitieuses ont réussi à grimper les échelons pour devenir des cheffes d’entreprise malgré les difficultés.

Après notre rencontre avec Saïda Neghza, présidente de la Confédération Générale des Entreprises Algériennes, nous vous proposons aujourd’hui de découvrir cinq femmes cheffes d’entreprises ! C’est parti…

#1 Nadia Habes

Cette femme d’affaires a reçu en 2013 à Marrakech le prix de la meilleure cheffe d’entreprise décerné par le FCEM (Forum mondial des chefs d’entreprises femmes). Membre du SEVE (Savoir et Vouloir Entreprendre), elle est propriétaire de plusieurs entreprises de fabrication de produits pharmaceutiques et dermo-cosmétiques qui emploient plus de 350 personnes, pour un investissement estimé à plusieurs millions d’euros.

#2 Khadidja Belhadi

Femme d’affaires célèbre en Algérie, elle a créé en 1985 EDECOR, une entreprise du secteur du bâtiment, des travaux publics et de l’hydraulique (BTPH). En 2009, son nom fut proposé pour figurer sur la liste des 100 femmes de l’année au niveau mondial. En 2005, elle a fondé l’Association des Algériennes Managers et Entrepreneurs (AME), une organisation à but non lucratif qui a pour objectif de « libérer les initiatives des femmes, celles en activité, celles porteuses de projets pour en faire des acteurs fiables de la relance économique nationale. »

#3 Nawel Amoui

Chef cuisinière et membre du Réseau Algérien des Femmes d’Affaires (RAFA), c’est l’une des 4 lauréates de l’édition 2016 du programme « Femmes d’avenir en méditerranée » (FAM).

Elaboré par « Sciences Po Paris», ce programme unique vise à accompagner les jeunes femmes de la rive sud de la Méditerranée dans leur parcours professionnel, diffuser et promouvoir les principes de l’égalité entre les deux sexes et construire un réseau euro-méditerranéen dédié à ces objectifs. Nawal Amoui se bat notamment pour valoriser le patrimoine culinaire et gastronomique algérien.

#4 Souad Snedj

Responsable commerciale de la société Aipower (Algérie-Italie power), filiale de CPL CONCORDIA qui intervient dans le secteur des énergies, Souad Snedj a lancé en 1996 sa propre entreprise d’importation des produits électroniques et électroménagers baptisée Atlas and Company, avant de créer Sphinx, entreprise spécialisée également dans l’importation.

Souad Snedj fait aussi du consulting pour apporter son expertise aux sociétés algériennes. Elle fut choisie en 2004 pour faire partie d’une équipe de femmes représentant l’Algérie dans le cadre du projet Femmes Arabes et Américaines Réunies pour Entreprendre (FAARE), dont l’objectif principal était de constituer un réseau USA-Maghreb permettant d’échanger expériences et opportunités d’affaires.

#5 Yasmina Taya Ouzrout

Elle crée en 1993 l’association des femmes algériennes chefs d’entreprises « Savoir et Vouloir Entreprendre » (SEVE) dont elle est actuellement membre d’honneur. Cette association vise à encourager l’entreprenariat féminin à travers l’organisation de journées de formation et d’information à l’attention des femmes algériennes.

Yasmina Taya Ouzrout gère par ailleurs Hippone Motors, une SARL spécialisée dans la concession automobile basée à Annaba.

Pour en savoir plus sur l’économie et les entreprises d’Algérie, découvrez nos vidéos inédites :

   

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *