En Israël, les investisseurs boudent le marché immobilier
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #Economie #EnDirectDe #Politique #ISRAEL
Diane Janel
lundi 20 mars 2017 Dernière mise à jour le Lundi 20 Mars 2017 à 08:30

Tandis que les achat d’investisseurs ont baissé de 30 % en un an sur le marché immobilier en Israël, les ventes sont en hausse de 25% depuis décembre. Un phénomène qui est lié à la mise en place d’un nouvel impôt introduit dans le budget 2017–2018.

Selon un rapport publié par le ministère des Finances d’Israël l’achat de logements neufs a baissé de 30 % en janvier, par rapport au même mois de l’année précédente. En revanche, les investisseurs ont vendu 3 000 logements en janvier, soit 25 % de plus qu’en décembre.

Les investisseurs hésitent à acheter

Ce rapport coorbore un article publié dans le dernier numéro du magazine Economist, et qui fait etat de prix immobilier en hausse de 82,1% entre 2006 et 2016. Il s’agit d’un chiffre record puisque cela représente la plus importante hausse dans le monde.

En juin 2016, les investisseurs achetaient plus d’appartements qu’ils n’en vendaient, mais cette tendance s’est inversée en décembre. En effet, alors que la proportion des investisseurs représentaient 25% en mars 2016, leur proportion a chuté de 16% en décembre, et s’est maintenue à 16,5% en janvier. Globalement, les investisseurs ont acheté 1 600 appartements en janvier, dans le neuf ou l’ancien, ce qui représente une baisse de 2% par rapport à décembre.

Selon le rapport du chef économiste du ministère, Yoel Naveh, si les investisseurs sont réticents à acheter, c’est à cause du nouvel impôt introduit dans le budget 2017 – 2018. Cet impôt fait partie de la campagne du ministre des Finances, Moshe Kahlon qui tend à rendre plus accessible le prix de l’immobilier en Israël, particulièrement pour les pauvres et les jeunes couples.

Ainsi, les propriétaires de trois logements ou plus doivent payer un impôt équivalent à 1% de la valeur de leurs propriétés, dans une limite de 18 000 shekels par an. Les propriétaires doivent déclarer leurs propriétés aux autorités fiscales avant le 31 mars, et payer la première moitié de l’impôt au 30 juin.

Les propriétaires protestent

De nombreux Israéliens ont critiqué cette loi qui défavorise aussi des gens percevant un salaire moyen. En effet, certains israéliens ont choisi  d’investir dans l’immobilier pour améliorer leur situation financière, plutôt que de placer leurs économies en banques ou en investissements. Ils se sentent donc biaisé par cette décision qui vise également des gens aux revenus modestes.

En octobre, le ministère des Finances avait indiqué que 38 232 familles détenaient trois logements, et plus de 54 000 autres en détenaient trois ou plus. Cependant 21 familles du pays possèdent plus de 20 biens immobiliers chacune, preuve que les biens immobiliers sont inégalement répartis.

Le troisième bien immobilier compose 12% du marché de la location. L’impôt serait appliqué sur 80 000 logements définis comme troisième bien immobilier ou plus, selon le ministère.

Dur d’accéder à la propriété pour les jeunes

Selon le rapport du ministère des finances, de moins en moins de primo-accédants achètent d’appartement.  Le taux d’achat des primo-accédants était de 6% de moins qu’en décembre. Outre l’impôt sur les multiples logements , ce phénomène vient du fait que beaucoup de jeunes couples attendent également que le ministère des Finances lance un programme de logement abordable. 

En Israël, le coût élevé des logements est devenu problématiques pour les jeunes familles dont la précarité ne leurs permettent pas d’accéder à la propriété, voire même à la location. En 2011, d’importantes manifestations sociales avaient dailleurs eu lieu dans tout le pays afin de réclamer au gouvernement une baisse des prix de l’immobilier et du coût de la vie.

Pour aller plus loin, découvrez nos vidéos inédites sur Israël :

     

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *