Israël souhaite être un partenaire économique particulier pour la Chine
#ASavoir #Actualite #Agenda #BuzzNews #Decideurs #Economie #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #ISRAEL
Diane Janel
jeudi 23 mars 2017 Dernière mise à jour le Jeudi 23 Mars 2017 à 10:54

La Chine veut appliquer une nouvelle politique concernant les investissements dans les pays étrangers, mais Netanyahu a demandé au président chinois Xi Jingping de faire une exception pour Israël, qui a selon lui un faible poids économique.

Pékin, au mois de janvier, a décidé de restreindre les capitaux chinois dépensés à l’étranger, pour stimuler son économie nationale. La Sasac, l’agence chinoise qui administre les 102 groupes étatiques dépendant du gouvernement central, a élaboré une liste de secteurs où les investissements à l’étranger ont été interdits ou placés sous étroite supervision, au grand dam des hommes d’affaires du monde entier. Cependant, Netanyahu souhaite obtenir un traitement de faveur.

Israël demande à être épargné

Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, est arrivé dimanche 19 mars, en Chine, pour une visite officielle de quatre jours. 

Dans ce cadre, Netanyahu a demandé au président Xi Jinping de “faire une exception pour Israël” concernant l’interdiction d’investir dans les pays étrangers. « J’ai demandé une exemption des restrictions générales. J’ai dit qu’Israël était un cas particulier. C’est une locomotive technologique qui n’a pas de marché », a expliqué Netanyahu. 

« Le pays est significatif en termes de technologie mais il ne l’est pas en termes de marché ou de devises, ou de quoi que ce soit. Israël est très important au niveau technologique mais l’est très peu en termes de poids marchand », poursuit-il.

Etablir un partenariat entre la Chine et Israël

Netanyahu a expliqué à Xi Jinping l’intêret d’un partenariat : la Chine s’intéresse à la technologie israélienne, tandis qu’Israël s’intéresse aux capitaux de la Chine. Mais les exigences de l’innovation israélienne manque de liquidités, et Pékin doit donc réfléchir à ne pas appliquer ses nouvelles restrictions aux entreprises israéliennes.

De plus, le Premier ministre chinois Li Keqiang est prêt à faire des concessions, car il souhaite voir le poids des régulations se réduire, de manière à ce que la technologie israélienne puisse accéder plus facilement au marché chinois.

Le 21 mars, Xi Jinping a annoncé l’établissement d’un « partenariat d’innovation total » avec Israël. 

Pour en savoir plus sur l’économie israélienne, découvrez nos vidéos inédites :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *