Top 5 des évolutions de la scène startup en Egypte
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Economie #EnDirectDe #Entreprises #VieDesEntreprises #EGYPTE
Ecomnews Med Redaction
jeudi 23 mars 2017 Dernière mise à jour le Jeudi 23 Mars 2017 à 16:43

Les startups égyptiennes ont franchi un cap en 2016. Ecomnews Med vous propose de revenir sur les 5 évolutions majeures des jeunes pousses en Egypte.

En dépit d’une conjoncture économique particulièrement morose, les jeunes pousses égyptiennes ont manifestement franchi un cap pendant l’exercice 2016. Si les investisseurs ne se bousculent pas au portillon, les startups égyptiennes ont gagné en autonomie et en créativité. Coup de projecteur sur cette évolution mis en lumière par le dernier rapport Disrupt Africa.

#1 Des startups de plus en plus prospères

Entre l’Egypte et les nouvelles technologies, l’histoire est de plus en plus belle. Alors que les acteurs égyptiens des technologies et des télécoms étaient récemment aux États-Unis pour séduire les investisseurs nord-américains, la scène entrepreneuriale poursuit son petit bonhomme de chemin amorcé début 2015.

Le gouvernement égyptien a lancé un fonds de capital-risque de 100 millions de dollars américains, alors que le fonds Algebra Ventures a récemment annoncé la levée de 40 millions de dollars pour investir dans des startups locales. Alors que Flat6Labs a décidé de lancer son propre fonds, le gouvernement britannique a fait part de son désir d’appuyer le développement des jeunes pousses égyptiennes.

L’année 2016 a connu une percée remarquable sur la scène des startups égyptiennes, notamment avec des idées innovantes, à l’instar des services proposés par SmartCare (e-santé), HireHunt (emploi) ou encore l’application de taxi Ousta. L’année 2017 devrait connaître le même dynamisme.

#2 Instabug a le vent en poupe !

Si sa bonne santé n’est un secret pour personne depuis quelques années, Instabug a connu une année 2016 particulièrement réussie. L’application de signalement des bugs a investi le programme Y Combinator de la Silicon Valley (financement des startups par des fonds américains).

Mais les choses se sont véritablement améliorées pour Instabug en juin dernier, lorsque la startup a reçu 1,7 million de dollars de Accel Partners pour lui permettre d’étendre sa suite d’outils et fournir un kit de support complet pour les applications mobiles.

#3 Barclays s’intéresse aussi à l’Égypte

Barclays ne cache pas son intérêt pour l’entrepreneuriat local. En juin, la firme a annoncé un partenariat avec Flat6Labs pour lancer l’accélérateur 1864 pour les startups fintech.

Le programme offre aux startups sélectionnées des financements pouvant atteindre 17 000 dollars américains, avec à la clé 14 semaines de mentorat, de coaching et de soutien. Il s’agit du premier programme d’accélérateur de startups de type fintech en Egypte.

#4 WUZZUF : une startup acheteuse de startups !

La startup de recrutement en ligne, WUZZUF, a recueilli en 2015 près de 1,7 million de dollars américains de Vostok New Ventures et Piton Capital. En 2016, elle s’est lancée dans l’acquisition d’autres startups. Elle a récemment acquis la plateforme égyptienne d’évaluation des emplois Viriphi, pour un montant non divulgué jusqu’à présent. Cette acquisition a permis de fusionner les services similaires des deux sociétés.

#5 Innoventures à l’honneur

2016 a été une année très chargée pour Innoventures. Le programme Startup Reactor a été un franc succès et concourt encore aujourd’hui efficacement à accompagner les entreprises locales sur l’international.

Pour en savoir plus sur l’économie de l’Egypte, découvrez nos vidéos inédites :

    

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *