Casablanca Finance City reste n°1 en Afrique
#ASavoir #Actualite #Agenda #AnalyseEconomique #BuzzNews #CultureSport #Economie #EnDirectDe #Institutions #MAROC
Diane Janel
jeudi 13 avril 2017 Dernière mise à jour le Jeudi 13 Avril 2017 à 12:44

Selon l’indice «Global Financial Centres Index», publié par le think tank londonien Z/Yen Group, Casablanca Finance City conserve son rang de première place financière en Afrique, en se plaçant en 30ème position à l’échelle mondiale, juste derrière Paris.

Casablanca Finance City (CFC) peut se féliciter d’avoir conservé son rang de première place financière en Afrique. En effet, selon l’indice «Global Financial Centres Index » (GFCI) du 27 mars effectué par le think tank londonien Z/Yen Group, la place marocaine occupe la 30ème position à l’échelle mondiale, juste derrière Paris.

Une impressionante ascention 

Les analystes de Z/Yen Group expliquent: « Casablanca fait partie des places les plus dynamiques de la région MENA, devançant ainsi Tel-Aviv, Doha, Bahreïn et Riyad notamment ». Ces spécialistes recommandent d’ailleurs les « nouvelles places émergentes » et considèrent les bourses européennes et nord-américaines comme « saturées » et « trop dépendantes des aléas politiques ».

Au fil des classement, on peut remarquer que Casablanca Finance City n’a pas cesser de monter depuis deux ans : en 2014, elle a grimpé 11 rangs dans le classement, pour finalement se placer première en 2016.

Cette année, la place Johannesburg (au sud de l’Afrique) a également conservé son 59ème rang au niveau mondial et sa 2ème position à l’échelle du continent

En ce qui concerne l’échelle mondiale, la place de Londres reste en tête du classement, suivie par New York, Singapour, Hong Kong, Tokyo, San Francisco, Chicago, Sydney, Boston et Toronto.

Des critères de classement bien précis 

Pour établir son classement, le GFCI se base sur des critères de la compétitivité en prenant en compte 2 données spécifiques. La première donnée s’appui sur  103 indices de compétitivité, dont ceux de la Banque mondiale, du Forum économique mondial (WEF), de l‘ONU, et de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Le deuxième critère évalué est celui du résultat d’évaluations de professionnels internationaux de la finance qui doivent répondre à un questionnaire comparatif intégré évaluant les places entre elles.

Pour en savoir plus sur l’économie du Maroc, découvrez nos vidéos exclusives :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *