Tunisair compte desservir 8 nouvelles destinations africaines, d’ici 2020
#ASavoir #Actualite #Agenda #BonsPlans #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Entreprises #TUNISIE
Diane Janel
jeudi 13 avril 2017 Dernière mise à jour le Jeudi 13 Avril 2017 à 09:05

Tunisair, la compagnie aérienne nationale tunisienne, desservira huit nouvelles destinations en Afrique d’ici 2020, qui iront en direction du Soudan, du Cameroun, du Bénin, du Tchad, du Nigéria, du Congo et du Ghana. Une nouvelle offre destinations qui devrait ravir les usagers.

Lors d’une conférence de presse, tenue lundi 27 mars à Conakry à l’occasion du premier vol long courrier reliant Tunis à la capitale guinéenne, Ali Miaoui, Directeur Général Commercial de Tunisair, a annoncé que la compagnie aérienne nationale desservira huit nouvelles destinations en Afrique d’ici 2020. 

« D’ici la fin de l’année en cours, nous espérons ouvrir deux nouvelles lignes : Khartoum (Soudan) au mois de septembre et Cotonou (Bénin) à partir du mois d’octobre. En 2018, nous lancerons Ndjamena (Tchad), Douala (Cameroun) et Kinshasa (République démocratique du Congo). Et à partir d’avril 2019, nous rajouterons la partie anglophone avec Accra (Ghana) et Lagos (Nigéria) et dès 2020, nous serons probablement sur Libreville (Gabon) », a expliqué le directeur.

S’implanter en Afrique

Cette annonce a été faite juste après l’ouverture de la ligne reliant Tunis-Conakry. Quelques mois auparavant, le lancement de la ligne Tunis-Niamey en juillet 2016 venait confirmer l’intention de la compagnie nationale tunisienne d’axer le développement de son réseau vers le continent africain.

Outre ces nouvelles destinations, Tunisair avait aussi annoncé qu’elle voulait, pour sa programmation estivale 2017, renforcer sa présence sur Abidjan par un vol quotidien et par 6 vols hebdomadaires vers Dakar.

Pour rappel, Tunisair dessert actuellement 12 destinations africaines dont Ougadougou, Abidjan et Bamako.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos inédites sur la Tunisie :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *