Israël : 6000 ouvriers chinois vont être embauchés dans le bâtiment
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EmploiFormation #Politique #Recrutement #ISRAEL
Diane Janel
mercredi 26 avril 2017 Dernière mise à jour le Mercredi 26 Avril 2017 à 12:38

Enlisé depuis des années dans une crise immobilière, l’État hébreu veut embaucher 6000 ouvriers chinois. Cela permettra d’endiguer la pénurie de main d’œuvre dans le bâtiment, elle même à l’origine de la forte hausse des prix des logements.

Dimanche 23 avril, Israël et la Chine ont signé un accord portant sur l’embauche de milliers d’ouvriers chinois dans le secteur du bâtiment pour répondre à la pénurie de logements qui frappe le pays. L’accord, signé à Jérusalem par le ministre de la Construction et du Logement Yoav Galant et le Vice-ministre chinois du Commerce Fu Ziying, prévoit l’arrivée de 6.000 ouvriers chinois en Israël.

Selon un porte-parole du ministère israélien, cet accord avait déjà été conclu dans ses grandes lignes le mois dernier, lors de la visite du Premier ministre Benjamin Netanyahu en Chine.

Les médias israéliens affirment que l’accord comporte une clause stipulant que les employés ne travailleraient pas en Cisjordanie, pour des raisons de sécurité. Emmanuel Nahshon, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a déclaré que cet accord “est basé sur des préoccupations pour la sécurité des ouvriers”.

Une décision contradictoire

Le fait que la Chine ait consenti à cet accord peut sembler contradictoire, dans la mesure le pays a multiplié depuis quelques années les objections à la construction dans les implantations. 

Oded Revivi, maire de l’implantation d’Efrat, a dailleurs déploré dimanche que “le gouvernement qui lutte contre le boycott de cette région par les Etats étrangers participe aussi à ce boycott”.

De son côté, Geng Shuang explique que, selon lui, « la position de la Chine sur la question israélo-palestinienne est cohérente, claire, et constante. Nous nous opposons à la construction dans les colonies juives en territoires palestiniens occupés, notamment en Cisjordanie et à Jérusalem Est. La résolution 2334 récemment adoptée par le Conseil de sécurité [des Nations unies] établit également des dispositions claires sur ce sujet. »

La crise de l’immobilier

Depuis 2008, les prix de l’immobilier en Israël grimpent de manière exponentielle. Selon la Banque centrale, cela affecte considérablement le coût de la vie, ce qui explique la recrudescence des manifestations en Israël depuis  2011. 

A cela s’ajoute le fait qu’Israël, il y a quatre ans, a commencé à réglementer l’immigration de travailleurs, provoquant de ce fait un pénurie de l’embauche. Cette décision visait à lutter contre les pratiques illégales de certains intermédiaires.

En effet, certains d’entres eux exigeaient jusqu’à plusieurs dizaines de milliers de dollars en échange d’un permis de travail. A cause de ces abus, les États-Unis menacaient d’inscrire Israël sur la liste des États pratiquant la traite des êtres humains.

Pour rappel, à l’heure  actuelle, plusieurs milliers d’ouvriers étrangers du bâtiment, tous originaires de pays d‘Europe de l’Est, travaillent en Israël. Les constructions dans les colonies, où vivent environ 400.000 Israéliens, représentent 3% de l’ensemble des mises en chantier en Israël.

Pour en savoir plus sur Israël, découvrez nos vidéos inédites:

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *