Vers un rebond de la croissance en Egypte à 4%
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #Economie #Institutions #EGYPTE
Ecomnews Med Redaction
vendredi 12 mai 2017 Dernière mise à jour le Vendredi 12 Mai 2017 à 09:51

Les économistes interrogés par l’agence Reuters prévoient une hausse de 4% du PIB égyptien en 2017… des chiffres conformes aux projections du ministère des Finances.

L’économie égyptienne devrait croitre de 4% à la fin de l’année fiscale 2016-2017. C’est en tout cas ce qui ressort du sondage réalisé par l’agence Reuters auprès d’une dizaine d’économistes. Cette estimation rejoint les projections du ministère des Finances qui table sur une croissance de 3,8 à 4% en 2017.

L’agence Reuters plutôt optimiste pour la croissance en Egypte

Si les 4% semblent quasiment certains en 2017, les 11 économistes interrogés prévoient un léger ralentissement en 2018 avec une croissance estimée à 3,3%. Ce chiffre est inférieur aux prévisions du gouvernement qui prévoit une progression de pas moins de 4,8% du PIB en 2018.

La croissance devrait ensuite reprendre progressivement pour atteindre un taux de 4% en 2019 (Reuters), sans jamais atteindre les 7% autrefois enregistré par le pays des Pharaons. Au-delà de la performance globale de l’économie, certains indicateurs macroéconomiques inquiètent : c’est le cas de l’inflation qui devrait poursuivre sa tendance haussière à moyen terme.

L’inflation devrait s’établir à 13% en 2018

Le gouvernement avait annoncé une série de réformes visant à améliorer la compétitivité extérieure de l’Egypte et à relancer la croissance. Pour mettre en place ces réformes, le pays a obtenu en novembre 2016 un prêt de 12 milliards de dollars du Fonds Monétaire Internationale (FMI).

En contrepartie, la Banque Centrale Egyptienne (BCE) a décidé de laisser flotter sa monnaie en augmentant son taux directeur de 3% à 14,75%. L’inflation a donc logiquement grimpé, passant de 13% en septembre 2016 à 30% en janvier 2017.

La Livre égyptienne a subi une dévaluation de plus de 50% par rapport au billet vert. En novembre 2016, il fallait 8,83 LE pour 1 dollar. Aujourd’hui, le taux de change est passé à 18,2 LE. Cette situation est particulièrement difficile pour un pays qui importe un large spectre de produits, des denrées alimentaires de base jusqu’au voiture de luxe.

Malgré la crise et le taux d’inflation élevé, les économistes restent optimistes. En mars, le taux d’inflation de base a légèrement diminué pour s’établir à 32,25%, contre les 33,1% enregistrés en février. La prévision médiane pour l’inflation est estimée à 13,7% pour l’année en cours et les analystes interrogés prévoient une baisse du taux d’inflation qui devrait s’établir à 13% en 2018.

Pour en savoir plus sur l’économie égyptienne, découvrez nos vidéos inédites :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *