L’Algérie se tourne vers l’UE pour son projet de transition énergétique 
#ASavoir #Actualite #Agenda #BuzzNews #CultureSport #Economie #EnDirectDe #Entreprises #ALGERIE
Ecomnews Med Redaction
mardi 30 mai 2017 Dernière mise à jour le Mardi 30 Mai 2017 à 07:45

Le 13 juin prochain aura lieu la finalisation du projet de partenariat UE-Algérie qui s’est amorcé en mars 2017. Le forum d’affaires qui se tiendra à Alger permettra aux acteurs du projet de se rencontrer pour discuter des modalités de partenariat concernant les énergies renouvelables.

Le projet, d’une valeur totale de 40 millions d’euros, se divise en trois axes : 10 millions d’euros seront consacrés à la mise en place d’un cadre légal propice au développement des énergies renouvelables, le même montant sera alloué à l’amélioration de l’accès à l’information financière, condition nécessaire au financement des projets privés et publics de transition énergétique. Enfin, les 20 millions d’euros restant porteront sur la création d’une zone de libre-échange entre l’UE et l’Algérie. L’objectif final est d’atteindre une production de 4050 mégawatts d’énergies solaires.

Le forum d’affaires qui se déroulera le 13 juin 2017 consistera à concrétiser l’accord qui est officiellement déjà entré en vigueur selon Ali Mokrani, le directeur de la coopération avec l’UE. Trois appels d’offres ont déjà été lancé pour acquérir l’équipement et la main d’œuvre nécessaire à la mise en œuvre de ce projet nommé Atlas 1.

Un projet décisif pour un pays économiquement essoufflé

Cet accord s’impose comme un impératif prioritaire pour ce pays dont la majorité des recettes budgétaires et des exportations proviennent de sa production pétrolière. Héritière du socialisme soviétique et membre de l’OPEP, l’Algérie est structurellement proche de pays tels que le Venezuela. 

La République Démocratique et Populaire n’est donc pas à l’abris d’instabilités et de crises économiques notamment dans un contexte de chute du cours du pétrole. La situation est d’autant plus dangereuse que l’Algérie finance une grande partie de sa politique redistributive par sa rente pétrolière. Avec un chômage s’élevant à plus de 11 % en 2016, un affaiblissement de la rente pétrolière pourrait contribuer à une paupérisation de la société et à la fin de la paix sociale.

 

Pour en savoir plus sur l’Algérie, découvrez notre vidéo inédite:

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *