Les produits agricoles venus d'Egypte ne sont pas le bienvenu au Soudan ...
#ASavoir #Actualite #Agenda #BuzzNews #CultureSport #Decideurs #Economie #EnDirectDe #Entreprises #Politique #EGYPTE
Diane Janel
vendredi 2 juin 2017 Dernière mise à jour le Vendredi 2 Juin 2017 à 16:53

Mardi 30 mai, le gouvernement soudanais a décrété un embargo sur tous les produits agricoles venus d’Egypte, signe que les relations entre les deux pays ne sont pas au beau fixe

 

 

 

 Mardi 30 mai, le gouvernement soudanais a décrété un embargo sur tous les produits agricoles venus d’Egypte, qu’ils soient directement produits au sein du pays, ou simplement réexportés. Signe que les relations entre les deux pays s’enveniment, après de multiples contentieux non résolus ? Explication en détail.

 

L’importation des produits agricoles interdite

 

Bakri Hassan Saleh, le Premier ministre du Soudan, a signé un décret visant à interdire l’importation de plusieurs produits venus d’Egypte. La décision de Khartoum concerne les produits agricoles, les animaux, ainsi que les graines. Le décret interdit également aux « hommes d’affaires soudanais d’utiliser le territoire égyptien pour importer des biens vers le Soudan ».

Une décision qui risque de jouer en défaveur de l’économie des deux pays, dans la mesure ou le Caire vend chaque année 400 millions de dollars de produits agricoles au Soudan. En tout, les échanges commerciaux annuels entre Le Caire et Khartoum équivalent à 850 millions de dollars, ce qui est avantageux pour Omar el-Béchir, le président du Soudan, dont le pays souffre d’un ralentissement économique.

 

Des tensions préexistente

 

Cette rupture des relations commerciales agricoles induit une tension sous-jacente. En effet, depuis quelques années , les relations bilatérales entre Khartoum et Le Caire font l’ojet de désaccords majeurs. 

La question frontalière, d’abord, est problématique depuis 1991. Les deux pays revendiquent une zone de 20 000 kilomètres carrés sur la mer Rouge: le triangle Hala’ib. Depuis février 2017, le Soudan menace même de porter l’affaire devant les instances onusiennes.

Cerise sur le gâteau: Khartoum et Le Caire s’accusent mutuellement d’aider les rebelles. Le Soudan, qui affirme avoir saisi à Darfour du matériel militaire égyptien, dit que L’Egypte arme les rebelles. Le Caire a démenti cette information.

Les médias égyptiens, de leur côté,  ont émis des accusation similaires: selon eux, Khartoum donnerait refuge à des membres de la confrérie des Frères musulmans, déclarée « groupe terroriste » par le Caire, après la destitution du président islamiste Mohamed Morsi en 2013.

 

Pour en savoir plus sur l’Egypte, découvrez nos vidéos inédites:

 

 

 

 

 

 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *