L’accord israélo-palestinien : une priorité pour Donald Trump ?
#Actualite #Agenda #BuzzNews #EnDirectDe #Politique #ISRAEL
Diane Janel
vendredi 9 juin 2017 Dernière mise à jour le Vendredi 9 Juin 2017 à 14:48

Trump souhaite réussir là où d’autres présidents ont échoué en faisant aboutir un accord israélo-palestinien durable. L’envoyé spécial de Trump pour les négociations internationales est chargé des pourparlers.

Donald Trump a mentionné à plusieurs reprises la résolution du conflit israélo-palestinien comme étant l’une de ses priorités. Sa visite, le 22 et 23 mai en Israël et en Cisjordanie, a tracé les premières lignes de son projet. A cette occasion, le président américain avait prononcé un discours au musée d’Israël pour inviter les deux parties à mettre de côté les « douleurs et les désaccords du passé », afin qu’ils puissent avancer vers la paix

La venue de Netanyahu et Abbas à la Maison Blanche a également été un temps fort de ce dossier: le représentant de l’Autorité palestinienne avait même évoqué l’espoir d’un « traité de paix historique ».

Jason Greenblatt, l’envoyé spécial de Trump pour les négociations internationales, a d’ores et déjà été envoyé “en tournée” en Israël et en Palestine, afin d’examiner les moyens pour relancer l’effort de paix.

Des défis à relever

Dans son premier point-presse en tant que porte-parole du Département d’État, Heather Nauert a insisté sur la détermination de Trump et du secrétaire d’Etat Rex Tillerson à trouver un accord, en dépit des inévitables défis qu’ils devront relever: 

« La paix au Moyen-Orient est quelque chose qui est très important pour cette administration », a dit Nauert aux journalistes. Elle a ajouté que, durant sa visite en Israël et en Palestine, « Le président et le secrétaire ont dit tous deux qu’ils reconnaissaient que ce ne sera pas facile et que les deux pays devront trouver un compromis ».

De son côté, Rex Tillerson a rappelé que Trump avait tout mis en œuvre auprès du Premier ministre Benjamin Netanyahu et du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, quitte à exercer une certaine ” pression” sur eux pour les faire asseoir à la table des négociations. 

Greenblatt, émissaire des négociations

Si Israël veut obtenir une reconnaissance en tant qu’Etat Hébreu, de son côté, la Palestine souhaite l’arrêt des constructions de colonies israéliennes à l’est de la « barrière de sécurité » érigée unilatéralement par Israël en Cisjordanie. Selon Trump, les deux parties devront faire des concessions pour aboutir à un accord de paix durable. 

C’est Jason Greenblatt, envoyé spécial de Trump pour les négociations internationales, qui a eu la délicate tâche de négocier ” sur le terrain” avec les hauts responsables des deux parties. M. Trump a choisi, selon ses propres mots, l’un de ses conseillers “les plus proches”, capable de “forger des consensus sur des dossiers difficiles et sensibles”.

Pour en savoir plus sur l’actualité économique en Israël, découvrez nos vidéos inédites:

 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *