16,7 millions d'euros seront investis en 18 mois pour la région de Béja en Tunisie
#Actualite #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Institutions #Politique #TUNISIE
Juli Choquet
lundi 12 juin 2017 Dernière mise à jour le Lundi 12 Juin 2017 à 12:53

En déplacement dans le gouvernorat de Béja la semaine dernière, le premier ministre Youssef Chahed a annoncé une série d’investissements publics visant la région de Béja et son développement. Industrie, agriculture, commerce, santé, environnement, éducation, tourisme, foncier, transport… tous les domaines sont abordés par cette ambitieuse relance.

Vue panoramique de la ville de Béja.

Priorité gouvernementale au potentiel de la région de Béja

16,7 millions d’euros seront injectés d’ici 18 mois par le gouvernement Tunisien pour développer le potentiel économique et social du gouvernorat de Béja. Parmi les cinquante projets envisagés, l’accent est mis sur l’amélioration de l’accès à l’irrigation et à l’eau potable dans les zones enclavées.

En matière de santé, l’Etat prévoit la construction d’un nouvel hôpital dans la région et la rénovation de l’hôpital de Medjez El-bab. La construction d’un barrage à Oued Khalled et d’un port de pêche à Cap Negro figurent également dans l’agenda du gouvernement Tunisien.

Les connexions entre les villes seront améliorées à travers l’acquisition de bus accompagnée d’un renforcement du cadre administratif lié à la gestion des réseaux de bus.

Enfin, seront construites des aires industrielles à Dougga et Henchir Bouteffaha. Un autre objectif consiste à reprendre le projet de construction, actuellement en suspens, d’une zone écologique sur la plage de Zouarâa.

Une répartititon disparate du PIB

En 2000, 12,5% des richesses nationales étaient concentrées dans le gouvernorat de Tunis, 11,24% était captée par celui de Nabeul suivi du gouvernorat de Sousse qui représentait 11,24% du PIB tunisien.

Une étude menée en Tunisie par l’Institut Supérieur de Gestion de Tunis sur la période 2000-2010 accusait une forte concentration des richesses sur certains territoires tunisiens et un maintien auto-entretenu de cette tendance. Tout cela menant à un accroissement des richesses entre régions riches et pauvres. La même étude montrait que la proximité géographique entre régions riches et pauvres nuisait au développement des gouvernorats les plus opulents.

Bien que difficile à mettre en œuvre dans un délais aussi court, une politique de convergence économique inter-régionale peut donc s’avérer nécessaire.

 

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique en Tunisie :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *