Crise diplomatique au Qatar : le Maroc s’immisce dans le casse-tête du Golfe
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #Institutions #Politique #MAROC
Juli Choquet
mardi 13 juin 2017 Dernière mise à jour le Mardi 13 Juin 2017 à 08:25

Préoccupé par l’inquiétante mise à l’écart de Doha, le Maroc surveille la crise diplomatique qui frappe les pays du Golfe depuis le 5 juin. Un communiqué du Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale (MAECI) en date du 11 juin, a exprimé le souhait du roi Mohammed VI de participer à la recherche d’un compromis.

Son excellence Mohammed VI, roi du Maroc

Peu étonnant de la part du royaume chérifien de se pencher sur une crise qui assomme depuis plus d’une semaine certains de ses partenaires politiques et économiques les plus importants. Tout en insistant sur le fait que « le Royaume privilégie une neutralité constructive, qui ne saurait le confiner à l’observation passive d’une escalade inquiétante entre des pays frères », le pays proche du très fermé Conseil de Coopération des pays du Golfe n’a cependant pas manqué de rappeler la nécessité de maintenir une prudence pour éviter un enlisement.

En effet dans ce conflit qui oppose des puissances sœurs du Maroc, Rabat se trouve dans une position diplomatique inconfortable.

Le pays qui s’est vu proposer en 2011 son intégration au Conseil de Coopération du Golfe (Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis, Bahreïn, Oman, Koweït, et Qatar), entretient de fructueuses relations économiques et politiques avec les deux principales parties du conflits : royaume wahhabite d’un coté et le Qatar de l’autre. Doha, tout comme l’Arabie Saoudite, fait partie des pays en forte capacité de financement et des candidats potentiels à l’accueil d’investissements au Maroc.

Le royaume souhaite rester intermédiaire du conflit ne s’aventurera donc pas dans une prise de position ferme. Le roi Mohammed VI dispose en tous cas d’un réseau diplomatique suffisament important pour agir en intermédiaire délicat.

 

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique au Maroc :

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *