En Algérie, le foncier industriel de Touggourt s’ouvre aux entreprises privées nationales
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Collectivites #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Politique #Recrutement #ALGERIE
Bastien Mekhazni
jeudi 15 juin 2017 Dernière mise à jour le Jeudi 15 Juin 2017 à 12:54

A Touggourt, en Algérie, 559 parcelles de foncier industriel seront attribuées par la wilaya de Touggourt à des entreprises exploitantes. Au total, 117 milliards de dinars (soit 96 millions d’euros) seront investis par les entreprises bénéficiaires pour l’exploitation de ces parcelles situées dans la wilaya déléguée de Touggourt.

En Algérie, 559 parcelles de foncier industriel seront attribuées par la wilaya de Touggourt à des entreprises exploitantes. Au total, 117 milliards de dinars (soit 96 millions d’euros) seront mobilisés par les entreprises bénéficiaires pour l’exploitation de ces parcelles situées dans la wilaya déléguée de Touggourt.

Une politique structurelle et bénéfique aux investissements

Avec en prévision la création 21 940 emplois, ces investissements feront de cette région un véritable bassin d’emploi notamment dans l’agro-alimentaire, les matériaux de construction, l’aliment pour le bétail ainsi que la production de charpente et pylônes électriques. Cette attribution s’inscrit dans le cadre d’une vaste série de projets entamés en 2011 dans la région comptabilisant déjà plus de 509 investissements.

Pour rappel, l’Etat s’était engagé début des années 2010 à relancer le secteur industriel privé. La loi des finance 2015 prévoyait un allégement conséquent des formalités concernant l’accès des entreprises aux foncier industriel. En 2016, l’Etat autorisait l’aménagement des zones industrielles par les entreprises privées, étendu un an plus tard aux zones industrielles relevant du domaine privé de l’Etat. Parmi les cinquante parcs industriels en chantier en aménagement depuis 3 ans, 39 ont bénéficié d’une autorisation d’aménagement

Les pouvoirs publics rencontrent cependant des difficultés de mises en œuvre

En mai 2017, après s’être rendu dans plusieurs wilayas, Ali Haddad président du Forum algérien des Chefs d’Entreprises (FCE) dénonçait des « promesses » non tenues et accusait une indisponibilité du foncier industriel qui nuisait aux entreprises.

Dans un communiqué, le FCE n’a pas manqué de mentionner les rigidités administratives et mettait en avant son caractère désincitatif aux investissements. Défauts d’aménagement, manque d’octroi de permis de conduire, instabilités notoires du cadre légal conduisant à une versatilité de la réglementation… les défauts rendant le contexte peu propice aux investissements inquiètent les chefs d’entreprises et menace la viabilité de stratégie économique algérienne.

Le foncier algérien a fait l’objet de difficultés politiques notoires dans la mise en place d’une politique légale en matière de foncier. Des études géographiques sur l’aménagement du territoire algérien avaient mis en avant les risques de de clientélisme et de développement de l’informel.

Pour en savoir plus sur l’économie de l’Algérie, découvrez nos vidéos inédites :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *