L’Egypte met fin à sa politique de totale interdiction de blé contaminé à l’ergot
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Institutions #EGYPTE
Bastien Mekhazni
vendredi 16 juin 2017 Dernière mise à jour le Vendredi 16 Juin 2017 à 08:13

L’Egypte a récemment annoncé le non-renouvellement de sa politique visant à l’interdiction de blé contaminé par l’ergot. En août 2016, la loi égyptienne abandonnait le seuil de 0,05% d’ergot par kilo de blé, en vigueur depuis 2010, pour n’autoriser que le blé sans aucune trace de contamination.

La récente décision de la justice égyptienne a porté un coup fatal à l’AQA, organisme responsable de la mise en quarantaine. Ce dernier n’est plus autorisé à mettre en place la politique de barrières à l’entrée de blé contaminé à l’ergot.

L’ergot, maladie touchant le blé mais aussi l’humain qui le consomme, fût la raison officielle pour laquelle l’Egypte, premier importateur mondial de blé, avait mis un terme aux importations de blé russe, français, canadien et américain. Des barrières non-tarifaires que certains de ses partenaires n’hésitaient pas à dénoncer.

Mais les autorités viennent d’abandonner cette décision. Un évènement important à moins d’un mois de l’appel d’offre lancé par la GASC, autorité égyptienne en charge de l’approvisionnement des matières premières, pour l’acquisition de blé tendre et de mouture.

Pour en savoir plus sur l’économie égyptienne, découvrez nos vidéos inédites :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *