Portrait de Zeineb Moukalled, l'octogénaire qui apprend aux Libanais à recycler !
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Decideurs #Economie #EnDirectDe #LIBAN
Ecomnews Med Redaction
vendredi 16 juin 2017 Dernière mise à jour le Vendredi 16 Juin 2017 à 09:29

A 81 ans, Zeineb Moukalled a créé un centre de recyclage des déchets dans son village. Au Liban, cette activité est peu développée, mais l’idée du projet a d’ores et déjà inspiré la création de nombreux centres de recyclage similaires dans la région. Il faut dire que le problème des ordures est récurrent depuis les années 1980, faisant de la détérioration du milieu de vie et de l’environnement une constante qui se banalise…

Un problème historique

Exaspérée de voir autant de déchets trainer dans son village, Zeineb Moukalled, 81 ans, a pris l’initiative de créer un centre de recyclage permettant de collecter, trier et transformer les déchets en objets utilisables. En 1995, lorsque Zeineb a interpellé le gouverneur de la région sur la crise des déchets qui sévissait à Arab Salim, sa demande était restée lettre morte. « Ce jour-là, j’ai su qu’il fallait que je prenne moi-même les choses en main », confie-t-elle à la BBC.

Au Liban, la crise des déchets date de la guerre civile qui a pris fin en 1990. Depuis, les déchets se sont accumulé dans la région jusqu’à devenir une vraie menace de santé publique. « Il y avait des ordures partout, les enfants jouaient dedans », explique-t-elle.

Un projet de bénévolat en manque de financement

Malgré un manque criant d’infrastructure et d’outils appropriés, le centre de recyclage créé par Zeineb Moukalled commence à faire ses preuves et fait aujourd’hui partie des projets de bénévolat les plus en vue au Pays du Cèdre.

Le projet continue de se développer grâce aux 46 volontaires qui versent à l’association une somme de 35 euros par an, mais aussi et surtout grâce un don de 50 dollars la tonne versé par l’ambassade de l’Italie.

« Si nous voulons que notre verre soit recyclé, nous devons nous-mêmes affréter un camion jusqu’à la capitale. Le prix perçu, de l’ordre de 50 dollars la tonne, ne compense qu’en partie les frais de transport », déplore Zeineb qui exhorte les agents publics à se mobiliser et à s’impliquer davantage pour mettre fin à la crise des ordures dans un pays qui ne cache pourtant pas ses ambitions dans le tourisme.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique au Liban : 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *