Le gouvernement égyptien accentue sa pression sur Uber
#ASavoir #Actualite #Agenda #BuzzNews #CultureSport #Decideurs #Economie #EnDirectDe #Entreprises #Politique #EGYPTE
Ecomnews Med Redaction
jeudi 22 juin 2017 Dernière mise à jour le Jeudi 22 Juin 2017 à 15:28

Le gouvernement égyptien demande à Uber et Careem d’obtempérer en fournissant aux autorités les données de localisation de leur client.

Bras de fer entre le gouvernement égyptien et Uber

Décidément, rien ne va entre Uber et le gouvernement égyptien. Bien que fortement implanté dans le pays des Pharaons, le géant américain est « sommé » par les autorités de rendre accessible les données de localisation relatives à ses clients, sous peine de voir Careem, son concurrent direct, bénéficier d’un « traitement spécial » de la part de l’Etat. Explications…

Vers un passage en force

Malgré les menaces insistantes du gouvernement, la firme de San Francisco résiste et s’oppose fermement à toute livraison de données aux autorités locales. Cela a visiblement inspiré son concurrent direct, Careem, qui n’a pas souhaité répondre favorablement à l’injonction de l’Etat. Ces deux « échecs » pourraient déboucher à terme sur un passage en force par le biais d’une loi qui réquisitionnerait les données tant convoitées.

Le parlement égyptien devrait se prononcer dans les prochaines semaines sur un texte de loi qui exige la localisation nationale en temps réel et la saisie des données des sociétés de VTC et taxis par les autorités. Cette dynamique s’inscrit selon le gouvernement dans le cadre de l’arsenal de renseignement voulu par le président Abdel Fattah Al-Sissi pour lutter contre le terrorisme.

Pourquoi ces données sont-elles si importantes ?

Plus que Google et Facebook, Uber renferme une véritable mine d’or d’informations qui intéresse aussi bien les métropoles que les services de renseignement. Depuis sa création en 2009, Uber s’est contenté d’utiliser ses bases de données à des fins commerciales afin d’affiner son ciblage et de booster sa croissance. Aujourd’hui, la firme est soupçonnée de se servir de ces données comme monnaie d’échange pour décrocher d’éventuels avantages fiscaux.

Pour le renseignement égyptien, la localisation en temps réelle est une affaire d’Etat qui concerne la sécurité des citoyens dans un contexte miné par la recrudescence des attentats, notamment contre la communauté chrétienne. A en croire la presse locale, les sociétés de VTC ne souhaitent pas quitter les rives du Nil. Elles ne devraient donc pas tarder à obtempérer tant le marché égyptien est porteur.

Pour en savoir plus sur l’Egypte, découvrez nos vidéos inédites : 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *