Le Maroc, nouveau pourvoyeur de fonds incontournable en Afrique ?
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #MAROC
Bastien Mekhazni
jeudi 22 juin 2017 Dernière mise à jour le Jeudi 22 Juin 2017 à 09:26

Le 21 juin, le Maroc a annoncé le début de sa participation au capital de la Banque de Développement des Etats de l’Afrique Centrale (BDEAC). Un évènement qui témoigne de la capacité de financement du royaume ainsi que d’un renversement de tendance en Afrique.

L’acquisition des 238 actions, d’un montant de 2,8 milliards de francs CFA (soit 40 millions d’euros environ) a permis au Maroc d’intégrer le cercle des investisseurs de la BDEAC. Le Royaume Chérifien a également souscrit pour l’acquisition pour 2,14 milliards de francs CFA (soit 30 millions d’euros environ) d’actions supplémentaires. Au total environ 5 milliards FCFA seront apportés par le Maroc soit environ 7,5 millions dollars.

La Banque de développement de l’Afrique centrale est une institution financière visant à financer la croissance des pays membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), cette union économique et monétaire est formée par le Cameroun, la Centrafrique, le Congo-Brazzaville (République du Congo), le Gabon, la Guinée Equatoriale et le Tchad.

Un évenement révélateur d’une tendance

Le Maroc transite progressivement dans le rôle d’investisseur et de pourvoyeur de fonds pour le reste de l’Afrique, ce qui renforce sa spécialisation financière au sein du continent. Cet évènement est aussi le symbole de la longue marche vers l’émancipation économique et financière de l’Afrique.

L’institution d’une zone d’union monétaire en Afrique Centrale et de libre-échange s’est accompagnée de lourdes contraintes monétaires et financières : la mise ne place d’une limite d’inflation a poussé les membres de la « zone franc » à limiter les investissements nationaux, ne leur laissant d’autres choix que de se tourner vers l’endettement extérieur, et notamment les investisseurs européens en large capacité de financement. 

Mais aujourd’hui, c’est vers le Maroc, un pays de plus en plus présent à l’échelle du continent, que se tourne l’Afrique centrale. Sur le grand échiquier du marché mondial des capitaux, le Royaume Chérifien, qui fût longtemps l’un des principaux débiteurs, se glisse progressivement dans le cercle des pays en capacité de financement : renforçant le flux de capitaux Sud-Sud et témoignant du développement du pays.

Pour en savoir plus sur le rôle du Maroc en Afrique, découvrez nos vidéos exclusives :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *