Eat Offbeat : Quand la cuisine du monde s'invite dans les assiettes américaines
#ASavoir #Actualite #BonsPlans #BuzzNews #Decideurs #Economie #LIBAN
Bastien Mekhazni
lundi 26 juin 2017 Dernière mise à jour le Lundi 26 Juin 2017 à 13:46

Il y a quatre ans, deux libanais lancent Eat Offbeat, une start-up spécialisée dans la restauration et soucieuse de sa responsabilité sociale. Aujourd’hui, les deux ambitieux frère et soeur lancent un livre de cuisine révolutionnaire. Zoom sur une entreprise qui mélange économie locale, solidarité et cultures internationales.

 
Deux libanais aux Etats-Unis, une passion pour la cuisine, de l’ambition et une pincée de solidarité : quatre ingrédients qui ont mené Wissam et Manal Kahi, deux frère et soeur d’origine libanaise, à faire de leur start-up la vitrine de la cuisine du monde à New-York. 
 
C’est en 2013 que Manal et Wissam ont eu l’idée de réunir des réfugiés venant des quatre coins du globe. Cinq chefs natifs d’Irak, de Syrie, du Népal, d’Erythtré ou de Guinée Equatoriale furent rassemblés par les deux libanais dans le cadre de la création de leur start-up qui a vu le jour sous le nom de Eat Offbeat
 
Objectif : commercialiser des plats d’origines multiples en privilégiant la vrai cuisine traditionnelle tout en laissant faire les connaisseurs, ceux qui sont originaires du pays concerné et qui connaissent le secret qui font d’un plat toute sa particularité. Les plats sont commercialisés en ligne dans tout New-York ce qui rend l’entreprise davantage attractive
 
Aujourd’hui, c’est dans l’écriture d’un livre de cuisine que se lance l’équipe. Et là encore, les deux libanais font d’une pierre deux coups : Eat Offbeat, The Cookbook est bien plus qu’un livre de cuisine !
20 chefs originaires de 15 pays dévoileront leur mets d’ailleurs, mais feront également part de leur vécu en tant que réfugiés et en tant qu’ancien citoyen dans leur pays d’origine. Erytrhéens, Irakiens, Syriens… vous saurez tout sur l’expérience de ces personnes au sein de leur pays, de leur culture et de leur histoire. 
 
Innovation, culture et engagement social font de cette start-up un bel exemple d‘économie collaborative. Comme quoi économie, solidarité et partage ne sont pas toujours opposés !

 

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique au Liban :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *