L’Algérie et la Russie : en route vers un partenariat industriel ?
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #CultureSport #Economie #EnDirectDe #Entreprises #Politique #ALGERIE
Ecomnews Med Redaction
mardi 27 juin 2017 Dernière mise à jour le Mardi 27 Juin 2017 à 08:20

La Russie et l’Algérie ouvrent leurs discussions à un partenariat bilatéral industriel qui leur permettrait la création de multiples projets dans les domaines de l’industrie mécanique et des énergies renouvelables.

 

 

Alexandre Morozov, le vice-ministre russe de l’Industrie et du Commerce affirme qu’une telle alliance permettrait favoriserait la réalisation de projets industriels concrets mêlant savoir-faire et haute technologie. Pour les deux gouvernements ce serait là une opportunité diversifier leurs relations économiques et commerciales.

L’industrie mécanique au cœur de la collaboration

Concernant le secteur de l’industrie mécanique, trois sociétés russes ont engagé leur intention d’investir dans la branche ferroviaire algérienne à travers des partenariats de long terme pour la création d’usines d’assemblage ou de centres de services.

Parmi elles, Transmashholding, le principal fabricant de matériel ferroviaire en Russie ou encore, Ouralvagonzavod, un groupe d’armement russe classé plus grand fabricant de chars de combat.
Outre cela, certaines sociétés russes, telles que PAO KAMAZ, sont prêtes à prendre des initiatives en matière de partenariat dans le secteur de l’industrie automobile.

Les énergies renouvelables au centre de la coopération 

Alexandre Morozov pointe aussi du doigt l’importance de projets bilatéraux dans les domaines en rapport avec l’énergie verte. C’est ainsi que la société russe Rostselmach, intégrée sur le marché des moissonneuses-batteuses en Algérie, entend établir un partenariat allant dans ce sens. 

Actuellement en cours d’examen, ce type de projet pourrait impulser une nouvelle dynamique d’échanges entre les deux pays. L’énergie verte, le traitement des déchets produits par l’activité des industries et des ménages ainsi que la gestion des ressources hydriques semblent donc au cœur des discussions.

Le vice-ministre de l’Industrie et du Commerce souligne l’intérêt que porte son pays à collaborer avec des pays ayant une sensibilité écologique assumée telle que l’Algérie et son ambition de produire une capacité de 4.500 mégawatts d’énergie propre à l’horizon 2030.

 

Pour en savoir plus sur l’Algérie, découvrez nos vidéos inédites:

 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *