Le Groupe bahreïni Terra Sola quitte le Maroc
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Entreprises #VieDesEntreprises #MAROC
Ecomnews Med Redaction
vendredi 30 juin 2017 Dernière mise à jour le Vendredi 30 Juin 2017 à 10:10

La filiale de la société helvético-bahreïnie Terra Sola, spécialisée dans le secteur de la production d’électricité, a décidé de quitter le Maroc deux ans après son implantation.

Le Groupe bahreïni Terra Sola jette l’éponge et quitte le Maroc

Deux ans après son implantation au Maroc, le Groupe helvético-bahreïni Terra Sola a décidé de quitter le pays. En effet, ce spécialiste de la production d’électricité à base d’énergie solaire vient de liquider sa filiale marocaine malgré des annonces tonitruantes sur des projets à fort potentiel. Explications…

Une aventure beaucoup plus courte qu’anticipée

En 2015, David Heimhofer, patron du Groupe Terra Sola, avait fait déclaré que la société bahreïnie envisageait de développer 16 centrales solaires photovoltaïques d’une puissance unitaire de 25 mégawatts pour un montant d’investissement de 2,42 milliards d’euros sur les terres marocaines. Il avait ajouté que le Groupe Terra Sola visait un apport de 50 millions d’euros par sa cotation à la bourse de Berlin.

Cette cotation devait lui permettre de financer son expansion dans la région MENA. ” C’est l’un des marchés les plus prometteurs et à fort potentiel “, avait notamment expliqué M. Heimhofer lors de la réunion consacrée au bilan et perspectives du Groupe qui a eu lieu à Zurich en 2014.

Au Maroc, le groupe ambitionnait de devenir le premier fournisseur d’énergie solaire derrière l’Agence Marocaine de l’Energie Solaire (MASEN). Mais son projet d’investissement dans le Royaume Chérifien a longtemps accusé un arrêt inexpliqué. En effet, depuis la promulgation de la loi n°13-09 relative aux énergies renouvelables, une carte solaire devait être mise en place par les autorités compétentes au Maroc afin de révéler le potentiel énergétique de chaque région et orienter les investisseurs privés vers les zones géographiques les plus rentables.

Mais rien n’a été fait en ce sens : cette cartographie est encore attendue à l’écriture de ces lignes. C’est semble-t-il ce qui aurait poussé la société à se retirer pour se concentrer sur des projets d’investissements qui offrent plus de visibilité.

L’attraction des investissements privés devrait être une priorité de la politique énergétique nationale

La Maroc offre aujourd’hui de nombreuses opportunités d’investissement dans le secteur de l’énergie solaire photovoltaïque et thermique et se positionne comme un acteur régional de référence, notamment grâce au lancement de plusieurs projets structurants tel que le projet phare de la centrale solaire Noor à Ouarzazate. Toutefois, force est de constater que les travers de la bureaucratie et des lenteurs administratives ne sont jamais bien loin…

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique au Maroc :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *