Cyber-Week à Tel-Aviv : la démonstration de la cyber-force Israélienne
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Decideurs #Economie #Institutions #Politique #ISRAEL
Bastien Mekhazni
vendredi 7 juillet 2017 Dernière mise à jour le Vendredi 7 Juillet 2017 à 15:15

Jeudi 29 juin a mis un terme à la Cyber Week qui se tenait à Tel-Aviv depuis le 25 juin. Cet événement a réuni pendant cinq jours les professionnels de la cyber-sécurité pour discuter des enjeux et dernières innovations dans ce domaine devenu aujourd’hui un outil stratégique.

 

Ingénieurs en sécurité informatique, hauts-fonctionnaires, représentants de l’industrie militaire, start-up et chercheurs ont rythmé pendant cinq jours la Cyber-Week, événement annuel qui avait réuni en 2016 plus de 5 000 personnes originaires des quatre coins du monde à Tel-Aviv. 

L’ancien directeur de la NSA, le secrétaire adjoint au département américain de la sécurité intérieure , le directeur  israélien de la cyber-sécurité, mais aussi Benyamin Netanyahu furent également de la partie. Ce dernier a rappelé l’importance d’Israël, qui joue un rôle de référence dans l‘échiquier mondial de la cyber-sécurité. Le premier ministre a également évoqué les attaques informatiques auxquelles l’Etat Hébreu est quotidiennement exposé et l’importance de les limiter.  

Israel : leader mondial de la sécurité informatique ? 

Lors d’un discours annuel au sein des Nations Unies, le premier ministre israélien déclarait que « si les hackers vise vos banques, vos avions, votre pouvoir, Israël est à même de répondre à vos besoins”. Pour Netanyahu, Israël a le devoir de devenir un leader mondial du cyber-espace qu’il considère comme la Troisième Révolution.

En 2015, la start-up nation comptait environ 430 entreprises de cyber-sécurité, c’est près de 20% du secteur des nouvelles-technologies en Israël. Ces entreprises, c’est également 5% du marché mondial de la sécurité informatique en 2013. Une compétitivité sans égal qui place Israël à la seconde position mondiale dans ce domaine. 

” Il n’y a jamais de solutions permanentes [dans le monde de la cyber-sécurité]”

Ce sont le mots prononcés par B. Netanyahu qui a fortement influencé la construction d’un cyber-espace compétitif en Israël lors de la Cyber Week. 

Nul doute : Les pirates “black hat” auront toujours un coup d’avance sur les ingénieurs en sécurité.  C’est une particularité propre à la cyber-sécurité. Pour l’ingénieur informatique la sécurité est avant tout une affaire d’anticipation du comportement du pirate. 

Un air de course aux armements souffle dans le monde de la cyber-sécurité depuis le début des années 2000. L’informatique est aujourd’hui une affaire politique : sans doute l’arme la plus puissante de ce début de siècle comme l’ont montrés par exemple les attaques de 2008 visant l’Estonie et paralysant le pays.

Derrière ces attaques, des milliers d’ordinateurs particuliers “zombies” ou botnet déjà infectés et brouillant l’origine première des piratages : un modus operandi qui empêche toute accusations ou poursuites justifiant notamment le fait que la Russie soient protégée. Bref, le cyber-espace mondial est un échiquier ou s’affronte une myriade d’acteurs qui ont un accès de plus en plus facile au logiciel de piratage. 

Des lignes interminables de codes informatiques se cachent derrière les programmes et sites qui rythment notre quotidien. Au sein de ces algorithmes, des failles qui n’attendent que d’être exploitées ou corrigées : c’est le travail des pirates informatiques mais aussi des ingénieurs qui leur font face. Entre ces deux belligérants, une même passion mais des intérêts différents : le cocktail d’une guerre sans fins qui oppose les “black hat”, pirates mal-intentionnés, et les “white hat”, férus d’informatiques et ingénieurs qui cherchent les brèches pour les corriger. 

Les conséquences sont dévastatrices : c’est la stabilité d’un pays, d’une entreprise, ou même d’une vie qui sont en jeu dans ce combat interminable. Et cela, Israël l’a bien assimilé. 

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique en Israël :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *