Les nouveaux visages de la gauche israélienne
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #Institutions #Politique #ISRAEL
Juli Choquet
vendredi 7 juillet 2017 Dernière mise à jour le Vendredi 7 Juillet 2017 à 15:55

Isaac Herzog devra laisser sa place à l’un des deux candidats finalistes d’origine marocaine qui s’affronteront lors du second tour le 10 juillet : Amir Peretz, en tête avec 32,6% et Avi Gabbay qui a obtenu 27,08% des voix.

Ce mercredi 5 juillet 2017 a eu lieu le premier tour des élections du parti travailliste israélien. Avec un taux de participation de 59%, 31 000 membres du Parti Travailliste se sont rendus aux urnes pour élire le nouveau chef du parti israélien. 

Sept candidats, dont Isaac Herzog, à la tête du parti depuis 2013, se sont fait front :  Amir Peretz, Avi Gabbay, Erel Maragalist, Amiram Levin, Omer Barlev. Et ce sont Amir Peretz et Avi Gabbay, tout deux d’origine marocaine, qui s’affronteront le 10 juillet 2017 pour le second tour. 

Le chevronné Amir Peretz

A la tête de ce premiers tour, Amir Peretz a remporté 32,8% des voix. Armé d’une expérience de deux ans au poste de chef du parti travailliste et d’un lourd vécu politique, Amir Peretz apparaissait parmi les favoris. 

Tristement connu pour sa mauvaise gestion de la guerre du Liban en 2006, l’ancien ministre de la défense jouit toutefois d’une solide notoriété politique.

Peretz entre à la Knesset, le parlement israélien en  1988, année qui va marquer le début de sa longue expérience politique. En 1999, il quitte le parti travailliste pour créer Am Ehad, (“Une Nation”) qui s’est finalement alliée au parti en 2005. 

En 2012, il rejoint le tout jeune parti Hatnua (“Le mouvement”), créé la même année. Ce parti libéral et sioniste, de centre gauche s’est finalement placé au côté du Parti Travailliste dans le cadre de l’Union Sioniste, coalition de gauche créée la veille des élections législatives de 2015. Egalement membre de Histradrout, l’homme est un fervent syndicaliste. 

Le critiqué Avi Gabbay

A droite de la gauche israélienne, Avi Gabbay (27,08%) joui d’une moindre notoriété.  Sa campagne, l’ancien ministre l’a passée dans la crainte des critiques remettant en cause sa loyauté gauchiste. On le soupçonne d’avoir par le passé voté pour le Likoud, le parti conservateur de B. Netanyahu. Ce diplômé de l’université hébraïque de Jérusalem fut ministre des finances pendant plus de 4 ans sans être membre de la Knesset . Puis ministre de la protection de l’environnement, poste qu’il quitte en mai 2016 suite à un désaccord avec son parti du centre-droit Kukanu.

Gabbay a également travaillé au service du privé. Il a été directeur général du géant des télécoms Bezeq International, puis de Bezeq en 2006. 

Toutefois, son potentiel rôle de leader de l’opposition est contesté car Gabbay n’est toujours pas membre de la Knesset, le parlement israélien. Certains pensent que Herzog restera à la tête du parti si Gabbay venait à être élu. La suite aux résulats des élections le 10 juillet.

 

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique en Israël :

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *