Une coopération renouvelée entre le Liban et l'Ile-de-France ?
#ASavoir #Actualite #Agenda #BuzzNews #Economie #EnDirectDe #Entreprises #Politique #LIBAN
Diane Janel
lundi 10 juillet 2017 Dernière mise à jour le Lundi 10 Juillet 2017 à 15:56

Du 17 au 20 juillet Valérie Pécresse, présidente du Conseil régional d’Ile-de-France se rendra à Beyrouth afin de discuter des possibilités de projets communs. Une visite qui tend a renforcer une coopération encore trop timide.

Valérie Pecresse, présidente du Conseil régional d’Ile-de-France

 

Du 17 au 20 juillet Valérie Pécresse, présidente du Conseil régional d’Ile-de-France se rendra à Beyrouth afin de relancer la coopération qui s’est enlisée depuis 2014. 

Eric Fajole, récent directeur régional de la Coopération internationale et du tourisme a expliqué durant un atelier de Business France sur le Liban à Paris « Son objectif ne sera pas que l’action humanitaire et le social, comme ce fut le cas par le passé avec ses prédécesseurs, mais elle ira aussi pour pousser le business ».

Les projets envisagés

Il est possible que l’Ile-de-France et le Liban créés un réseau d’incubateurs francophones et de soutien des startups. L’Ile-de-France pourrait aussi proposer son savoir-faire en matière de ville durable, d’urbanisme, d’aménagement des espaces ou encore de transport.

Enfin, des échanges universitaires pourraient possiblement être mis en place entre l’École supérieure des affaires et l’Université Saint-Joseph de Beyrouth.

La présence des français au Liban

Le poids des français au Liban n’est pas négligeable: làs-bas, la France est le quatrième fournisseur de marchandises, avec une part de marché de 5,8 % en 2016, derrière la Chine, 11,5 %, l’Italie, 7,1 % et l’Allemagne, 6,8 %.

De ce fait, 92 entreprises françaises se sont implantées sur place, avec un stock d’investissement évalué à 534 millions d’euros en 2015.

Quant aux exportations françaises, elles ont atteint les 886 millions d’euros en 2016, grâce à l’aéronautique, 23 % (vente d’Airbus), l’agroalimentaire, 13 %, la mécanique et le matériel électrique ensemble, également 13 %. Encore aujourd’hui, les libanais ont des besoins que les français pourraient combler (notamment dans le secteur de la santé).

La présence de la France a également été renforcée cette année par la ligne aérienne inaugurée par Aigle Azur, et qui relie Paris à Beyrouth.

 

Pour en savoir plus sur le Liban, découvrez nos vidéos inédites:

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *