Le président libanais décide d'un plan d'attaque pour l'économie
#ASavoir #Actualite #Agenda #BuzzNews #Decideurs #Economie #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #LIBAN
Diane Janel
mercredi 12 juillet 2017 Dernière mise à jour le Mercredi 12 Juillet 2017 à 07:11

Michel Aoun, le président du Liban, a rencontré une délégation composée de nombreux responsables locaux et d’organisations internationales pour s’entretenir sur l’économie nationale.

Michel Aoun, président du Liban

 

Michel Aoun, le président du Liban, a rencontré le 10 juillet une délégation composée de nombreux responsables locaux, d‘organisations internationales et de représentants du secteur privé.

Il s’est entretenu avec eux de la situation économique du pays, estimant que le Liban devait « privilégier le développement des secteurs productifs » afin de sortir de « l’économie rentière ». Selon lui cela permettrait « d’assurer la stabilité, de soutenir la livre » et de « trouver des débouchés pour les entreprises locales ».

Plus d’une trentaine de responsables faisaient partie de la délégation : il y avait les ministres de l‘Économie et du Commerce, des Télécoms, du Tourisme, l‘ambassadrice de l’Union européenne au Liban, , le coordinateur spécial adjoint des Nations Unies pour le Liban, le directeur de programme à la Banque mondiale, et le gouverneur de la Banque du Liban, et le président de la Fédération des Chambres de commerce, Mohammad Choucair.

La sécurité et l’économie au coeur des débats

Selon le président la sécurité, la stabilité et le développement sont des “piliers d’une économie durable », a estimé le président.

Sur la question de l’économie du pays, le président est persuadé qu’il est « inacceptable que le pays dépende de l’aide internationale (…) dans tous les domaines »

Enfin, la question des importations illégales a été abordée. Depuis plusieurs années, les industriels s’en plaignent. M. Aoun a soutenu que « des efforts étaient entrepris pour renforcer l’efficacité des douanes », dont les effectifs « pourraient être épaulés par des agents appartenant à d’autres services de sécurité ». Le président a ajouté que « le port et l’aéroport étaient désormais sécurisés ». En revanche, selon lui, « de nombreuses voies terrestres sont utilisées par les contrebandiers ».

Enfin, le ministre de l’économie a souligné qu’il serait bon de réglementer la concurrence, et mettre un terme aux monopoles de certaines sociétés. De cette façon, les entreprises libanaises pourraient mieux s’implanter sur le marché local.

 

Pour en savoir plus sur le Liban, découvrez nos vidéos inédites:

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *