Maroc : La raffinerie SAMIR cherche toujours un repreneur
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Decideurs #Economie #Entreprises #VieDesEntreprises #MAROC
Juli Choquet
vendredi 21 juillet 2017 Dernière mise à jour le Vendredi 21 Juillet 2017 à 09:45

La seule raffinerie de pétrole du Maroc est criblée de dettes. Pourtant cette dernière s’est vu accordé un délai supplémentaire pour trouver un repreneur par le tribunal de commerce de Casablanca. De quoi laisser un peu de temps pour anticiper la reprise de la raffinerie estimée à 2,1 milliards de dollars.

La raffinerie SAMIR au Maroc, en liquidation financière depuis 2014 suite à la chute des cours de l’or et à une mauvaise gestion financière cherche toujours un repreneur. Si les salariés sont inquiets, Mohammed El-Krimi la personne en charge de la liquidation de l’entreprise ne peut se féliciter du délai accordé.

En mars un délai avait déjà été accordé par le tribunal de commerce de Casablanca, mais malgré cela la raffinerie SAMIR n’est pas arrivé à conclure un accord. Parmi les potentiels repreneurs une source proche du dossier cite une entreprise Américaine : le Clilyle & Glencore Group à moins que l’entreprise Britannique Anglo Energy soit sur le point de signer. Une autre source parle quant à elle d’un grand investisseur Italien sans toutefois en dévoiler le nom.

Il faut dire que la valeur actuelle de la raffinerie SAMIR est estimé à 2,1 milliards de dollars, ce qui ne permet pas au gouvernement Marocain d’entrevoir une nationalisation de la seule raffinerie du pays. Pourtant avant sa liquidation financière sa production était estimée à environ 200 000 barils de pétrole par jour. Une aubaine à l’époque pour le royaume chérifien qui a besoin de ce bassin pétrolier pour investir dans le développement de son pays.

Aujourd’hui la situation financière de SAMIR est de plus en plus tendue. Le verdict attendu le 21 octobre prochain par Casablanca déterminera l’identité du repreneur. Affaire à suivre…

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique au Maroc :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *