Espagne-Algérie: un nouveau câble électrique sous-marin en prévision ?
#ASavoir #Actualite #Agenda #BuzzNews #CultureSport #Economie #EnDirectDe #Entreprises #Politique #ALGERIE
Diane Janel
mercredi 26 juillet 2017 Dernière mise à jour le Mercredi 26 Juillet 2017 à 10:01

La construction d’un nouveau câble électrique sous-marin entre les villes d’Oran et de Almeria est envisagée. Les espagnols demeurent réticents dans la mesure ou il ne souffre d’aucun déficit sur le plan énergétique.

 

Depuis le 31 mars dernier, la ville d’Oran et celle de Valence, en Espagne, se sont connectées grâce au système sous-marin de fibre optique.

Finalisée en mai 2015, la construction du câble appélé “Orval” entrait dans le cadre du plan Orsec (Organisation de secours-dispositif de prévention des risques et catastrophes et de mise en oeuvre des interventions de secours aux victimes de ces catastrophes), mis en place il y a 14 ans aujourd’hui.

A présent, l’Algérie voudrait renforcer ces dispositifs avec la construction d’un câble électrique sous-marin entre les ville d’Oran et de Almeria. Le ministre algérien algérien de l’Energie M. Mustapha Guitouni a formulé cette demande lors du 30e anniversaire de la présence de la compagnie espagnole Cepsa en Algérie.

Les espagnoles réticents

Mustapha Guitouni, le ministre algérien de l’Énergie, a discuté avec son homologue espagnol Alvaro Nadal de la mise en oeuvre du projet . La construction du câble soulève des réticences du côté espagnol, car le pays génère une production électrique qui lui suffit largement.

Ne pouvant supporter seule le coût financier d’un projet aussi onéreux, l’Algérie compte sur l’Espagne et l’Union Européenne pour apporter leur contribution financière.

En revanche, du côté algérien, l‘accord est avantageux: cette énergie électrique sera produite à partir du gaz algérien avec la création de plusieurs centrales électriques à cycle combiné. Il serait parallèle au gazoduc Medgaz qui relie déjà les deux pays depuis avril 2011 de Beni Saf à Almeria et dont le consortium est détenu à 43% par la société algérienne Sonatrach, et à 42% par Cepsa (Compagnie espagnole de pétrole) et enfin, à 15% par Gas Natural Fenosa (fournisseur espagnol de gaz et d’électricité).

Pour en savoir plus sur l’Algérie, découvrez nos vidéos inédites:

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *