Liban: Les employés français de Saudi Oger veulent en démêler avec la justice
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Economie #EnDirectDe #Entreprises #Politique #LIBAN
Diane Janel
lundi 31 juillet 2017 Dernière mise à jour le Lundi 31 Juillet 2017 à 08:17

Les anciens salariés français de Saudi Oger, un groupe de BTP saoudien, réclament justice. Ils souhaitent toucher des indemnités allant jusqu’à 150.000 euros pour rembourser leurs salaires et leurs indemnités impayés.

 

Saad Hariri, premier ministre libanais.

 

Le groupe de BTP saoudien détenu par la famille du Premier ministre libanais Saad Hariri connaît des difficultés depuis fort longtemps.

La société détenue par Saad Hariri accumulait les impayés depuis mi-2015, raison pour laquelle les employés ont saisi les prud’hommes de Bobigny pour obtenir le paiement de leurs arriérés de salaires.

Les employés réclament des indemnités

Les ex-employés de la filiale Oger International, dont le siège est à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), réclament individuellement des indemnités allant entre 30.000  et 150.000 euros afin de rembourser les salaires et indemnités de fin de contrat qui n’ont pas été réglés.

L’avocate des plaignants, Mme Wasserman, qui s’est entretenu avec Jean-Yves Le Drian sur le sujet, a souligné les difficultés auquels avaient été confronté les employés de la filiale qui ne pouvaient pas quitter l’Arabie Saoudite à cause de leurs impayés:  

C’est l’intervention énergique de l’ancien ambassadeur de France à Ryad Bertrand Besancenot, qui a permis de débloquer les choses“, a affirmé l’avocate. ” J’estime que l’attitude du Premier ministre libanais qui est propriétaire de cette société est parfaitement irresponsable“, a-t-elle ajouté.

Pour rappel, en septembre 2016, 200 expatriés français de Saudi Oger avaient reçu du gouvernement saoudien l’équivalent de neuf mois de salaires impayés après des négociations directes entre Ryad et Paris.

 

Pour en savoir plus sur le Liban, découvrez nos vidéos inédites:

`

 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *