Liban : Coup de boost dans le secteur du tourisme religieux culturel
#ASavoir #Actualite #BonsPlans #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #Emploi #Institutions #Politique #Recrutement #LIBAN
Ecomnews Med Redaction
jeudi 3 août 2017 Dernière mise à jour le Jeudi 3 Août 2017 à 12:00

Promouvoir le secteur du tourisme culturel religieux au Liban, c’est le grand projet que porte le Premier ministre libanais Saad Hariri depuis 2009 pour relancer l’industrie touristique.

Affaibli par un contexte géopolitique tendu, le secteur du tourisme au Liban a connu une baisse sans précédent ces dernières années. Fort de l’histoire et du patrimoine de son pays Saad Hariri a choisit de mettre en lumière le tourisme religieux au Liban pour nverser cette courbe négative.

L’objectif est double. Economiquement, booster le tourisme religieux permettrait de créer des emplois. Humainement, Hariri aurait déclaré lors de la cérémonie au Grand Sérail du coup d’envoi de ce projet, « Alors que le touriste habituel se déplace horizontalement en surface, le touriste religieux, lui, recherche un voyage vertical, qui va de la terre vers le ciel, vers le Créateur et les bonnes valeurs ».

Un patrimoine religieux varié

Fort de son caractère multiconfessionnel, le Liban révèle un patrimoine religieux varié.  Sur 250 sites religieux, les premiers sites visités sont maronnites. Le sanctuaire de Notre-Dame du Liban à Harissa remporte la première place et comptabilise le plus de visites (2 millions par an) suivi du monastère Saint-Maron à Annaya (400 000 visiteurs par an).

Le sanctuaire chiite de Saydet Khawla à Baalbek dénombrerait 180 000 visiteurs. La mosquée sunnite de Mohammad el-Amine, au centre de Beyrouth serait visitée, quant à elle, par 120 000 touristes. 

Institutionnaliser le tourisme religieux

Toutefois, si le Liban attire de nombreux pélerins, 90% de ce tourisme concerne les libanais et les entrées aux sites religieux ne sont pas payantes. Les pélerins  effectuent leur visite de manière informelle, sans accompagnement.

Pour dynamiser ce secteur, le ministère du Tourisme compte renforcer l’accompagnement des agences de voyages, les grandes absentes des circuits touristiques religieux. Aussi, il entend aider ce secteur en ciblant la diaspora libanaise, expatriée dans le monde entier. Proposer de nouvelles lignes aériennes fait partie du plan de relance.

Enfin, il s’agit de promouvoir le Liban comme un des pays de la Terre Sainte. Photographies, slogan, site internet, l’executif mise sur le marketing pour épauler l’industrie touristique en difficulté.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique au Liban :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *