Au Maroc, les médias en ligne doivent se régulariser
#ASavoir #Actualite #Agenda #BuzzNews #CultureSport #Decideurs #Economie #EnDirectDe #Entreprises #MAROC
Diane Janel
lundi 21 août 2017 Dernière mise à jour le Lundi 21 Août 2017 à 12:45

Au Maroc, depuis le 15 août, la loi contraint les médias en ligne à se déclarer, sous peine d’encourir une amande de 2 098 dollars pour chacune de leur publication.

 

Depuis le 15 aout au Maroc, la loi n° 88-13 est désormais opposable aux sites électroniques.

Lorsque la loi avait été promulguée le 10 aout 2016, le tribunal avait donné 1 an aux médias en ligne pour se régulariser vis à vis du texte. A présent que ce délai est franchi, les médias en ligne doivent déclarer leur création auprès du tribunal, sous peine d’encourir une amande

La déclaration des médias

La déclaration doit être effectuée trente jours avant la date prévue pour le lancement. Le nouveau code de la presse prévoit que les médias électroniques n’ayant pas déclaré leur création soient interdits de parution jusqu’à l’accomplissement des formalités. Ils pourront encourir une amande de 2 098 dollars pour chacune de leur publication.

Tout les médias disposant d’une plateforme vidéo devront aussi faire une déclaration afin d’obtenir une autorisation de tournage. En tout, le Maroc possède 147 portails électroniques dans le Maghreb tandis qu’ils sont moins d’une trentaine de journaux spécialisés dans les news en Algérie.

Le président a déclaré: «La presse électronique fait désormais l’objet de réflexion pour sa régulation dans d’autres pays et je souhaiterais que l’on parvienne, journalistes, responsables de l’Etat et société civile, à réfléchir ensemble à cette question dans notre pays».

Cependant, certains médias émettent des protestations contre le vote de cette loi.  Mohamed Laaraki, PDG du groupe de presse Geomedia, a déclaré : « Il faut laisser un peu plus de temps aux sites électroniques pour se conformer aux dispositions de la nouvelle loi

On sait que 350 sites web ont déposé leurs dossiers, mais seulement 81 d’entres eux ont régularisé leur situation. Selon les estimations du ministère, plus de 4.000 portails existent au Maroc.

 

Pour en savoir plus sur le Maroc, découvrez nos vidéos inédites:

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *