Le Maroc signe un accord pour la protection de sa faune
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Collectivites #CultureSport #Decideurs #Economie #Emploi #Institutions #Politique #MAROC
Juli Choquet
mardi 29 août 2017 Dernière mise à jour le Mardi 29 Août 2017 à 08:09

Le fond international pour la protection des animaux (IFAW) et le Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la lutte contre la désertification, structure rattachée au gouvernement Marocain ont signés un accord durcissant notamment les peines à l’encontre du braconnage.

Parc National du Toubkal au Maroc situé dans la partie centrale du haut Atlas non loin de Marrakech.

C’est sous l’égide du projet « Born to be wild » que les discussions à propos de cet accord ont vu le jour. L’Organisation Non-Gouvernementale de protection animale, vise aussi à sensibiliser les gouvernements sur les dégâts environnementaux. Le gouvernement Marocain conscient d’avoir une faune exceptionnelle, compte préserver ce bien précieux. Le Maroc va poursuivre ses efforts pour la protection animale notamment celle du singe Magot : animal en voie de disparition.

Rappelons que le Maroc propose un circuit de « chasse touristique » sur un territoire de près d’un million d’hectares. Cette activité bien que très encadrée par le Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la lutte contre la désertification est proposée par des sociétés privées et compte annuellement environ 3000 touristes de diverses nationalités. Les recettes de la « chasse touristique » permettent de générer chaque année plus 5, 3 millions d’euros en comptant les redevances d’amodiations (c’est à dire la taxe relative au droit de chasse). Il apparaît donc difficile de réformer ce qui au Maroc est une tradition ancestrale. De plus l’activité créer au delà de la chasse en elle même plusieurs milliers d’emplois indirects liés à l’hôtellerie, la restauration, les transports, guides et autres types de services.

La lutte contre le braconnage reste cependant l’objectif principal des deux parties signataires. La convention promeut des sanctions plus dures à l’encontre des chasseurs illégaux sous les standards des règles internationales. Le Maroc compte 9 parcs protégés qui sont autant de réserves de la biodiversité.

 

Par cet accord les institutions Marocaines hissent sur un rang international leurs actions en faveur de l’environnement. Du coté de l’ONG internationale, son directeur de zone Afrique du Nord se félicite de collaborer avec le gouvernement Marocain. L’accord pourrait selon l’ONG déboucher à une coopération dans le domaine éducatif afin d’informer les générations futures de la richesse de leur biodiversité.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique au Maroc :

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *