Les chiffres clés de la publicité au Liban
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Decideurs #Economie #LIBAN
Ecomnews Med Redaction
jeudi 21 septembre 2017 Dernière mise à jour le Jeudi 21 Septembre 2017 à 16:43

Comme à son habitude, le groupe Ipsos-Nielsen a publié son rapport sur les audiences télé de l’année 2016 : pas de surprise mais quelques changements.

La publicité au Liban : les chiffres de la grande étude Ipsos-Nielsen

A l’occasion d’un point de presse à l’hôtel Phoenicia, la joint-venture Ipsos-Nielsen a présenté les résultats de son étude sur les audiences télé au Liban pour le compte de l’exercice 2016. Cette enquête fait office de véritable boussole pour les annonceurs qui décident de l’ampleur de leurs investissements dans la communication. Sans surprise, c’est la télévision qui occupe toujours la première place des médias les plus suivis, loin devant internet malgré un progrès considérable.

La télévision toujours en tête

Le secteur de la publicité a connu une baisse de près de 8,5% en 2016, à l’opposé de la belle performance mondiale (+4,3%) tirée vers le haut par les investissements chinois et américains. Cette baisse a semble-t-il profité à la télévision qui se maintient en première position avec 46% des investissements publicitaires à 80 millions de dollars. Selon le rapport Ipsos-Nielsen, les Libanais ont passé en moyenne 4 heures et 9 minutes par jour devant le petit écran, soit une hausse de 10 minutes par rapport à l’année 2015. Une progression surprenant lorsque l’on sait qu’elle est en recul dans les autres pays de la zone MENA.

La part d’audience n’équivaut pas forcément à la part de marché

La place de choix qu’occupe la télévision dans la société libanaise s’explique en partie par un taux de pénétration élevé (92%), loin devant les smartphones (80%) et internet (76%).

Le rapport d’audimat de 2016 place la chaîne LBCI en tête avec 14,8% des parts d’audience, suivie respectivement par MTV (10,3 %), Al-Jadeed (10,2 %) et OTV (3,0 %). Il est intéressant de noter que la part d’audience ne correspond par forcément à la part de marché publicitaire.

En effet, ce sont MTV et Al-Jadeed qui dominent à ce niveau (20,9% chacune), suivies par LBCI (16,1%) et OTV (13,4%). Ce décalage entre la part d’audience et la part de marché des investissements publicitaires s’explique par le fait que les annonceurs arrêtent leur choix en fonction des émissions plutôt qu’en fonction des chaînes.

Internet se développe… mais toujours loin derrière la télévision

Internet progresse, mais dans l’ombre de la télévision. En 2016, les investissements publicitaires sur la toile ont augmenté de 40% pour atteindre une part de marché de 8%. Le Liban ne suit donc pas la tendance mondiale qui place le web loin devant la télévision avec près de 72% des parts de marché publicitaires.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique au Liban :

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *