#ASavoir #Actualite #BonsPlans #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #PhotosEtVideos #Politique #MAROC
Juli Choquet
jeudi 2 novembre 2017 Dernière mise à jour le Jeudi 2 Novembre 2017 à 11:31

Le Maroc a reçu l’importante délégation de la région Occitanie présidée par Carole Delga pour signer nombre d’accords de partenariats. Parmi eux Montpellier Sup Agro représenté par Jean Luc Bosio en charge des relations internationales de l’école, qui vient de signer un accord-cadre de coopération avec l’Institut Hassan II dirigé par Ali Hammani. Kamel Chibli Vice président de la région Occitanie délégué à l’éducation à la jeunesse et au sport était également présent pour soutenir la signature de ce type de partenariats.

Créer en 1966, l’Institut Hassan II propose des formations dans le domaine de l’agronomie mais aussi dans la médecine vétérinaire, de la topographie, des industries agricoles et alimentaires ou encore de l’équipement rural et de l’horticulture. Seule école de ce type au Maroc, l’institut forme des cadres et ingénieurs capables de mettre en oeuvre les standards du développement durable voulus par sa majesté le roi Mohammed VI du Maroc.

En effet la région Occitanie située dans le sud de la France connaît les mêmes types de problèmes que le Maroc. Le royaume Chérifien est confronté depuis longtemps au problème de la raréfaction de l’eau avec des conséquences agricoles et économiques graves pour le développement du pays. L’idée est de regrouper un réseau de cadres et de chercheurs en agronomie pour répondre à des besoins communs. Ali Hammani directeur de l’Institut Hassan II l’affirme : « le Maroc peut être un précurseur » avant d’ajouter « les questions qui préoccupent le Maroc actuellement peuvent aussi préoccuper le sud de la France ».

De ga à dr au milieu : Jean Luc Bosio en charge des relations internationales de Montpellier Sup Agro, et Ali Hammani directeur de l’Institut Hassan II lors de la signature de l’accord de partenariat le 20 octobre 2017 à Rabat.

Montpellier Sup Agro a été crée en 2007 par la fusions de quatre établissements. Dès le départ l’école intègre une dimension internationale à ses cursus. Aujourd’hui Montpellier Sup Agro accueille 30% d’étudiants étrangers. Jean Luc Bosio en charge des relations internationales de l’école déclare à l’issu de la signature « nous allons travailler ensemble à la fois sur le territoire Marocain, sur l’ensemble du Maghreb (…) mais aussi par rapport à des enjeux Africains ».

L’objectif de cette collaboration figure dans le domaine de l’enseignement par l’échange d’étudiants, de formateurs ou d’intervenants à des niveaux Licence, Master ou Doctorat mais aussi au montage de projets communs, au transfert réciproque de technologies. Kamel Chibli Vice président de la région Occitanie délégué à l’éducation à la jeunesse et au sport le rappelle « nous ne voulons pas nous restreindre à une relation économique ». Et Jean Luc Bosio d’ajouter « les enjeux sont tellement immenses qu’il faut qu’on soient ensemble sur ces enjeux de formation et de recherche ».

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique au Maroc :

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *