En Tunisie la loi de Finance ne fait pas l'unanimité
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Decideurs #Economie #Institutions #Politique #TUNISIE
Ecomnews Med Redaction
vendredi 10 novembre 2017 Dernière mise à jour le Vendredi 10 Novembre 2017 à 10:10

De nombreux tunisiens ont été surpris par les annonces du gouvernement de Youssef Chahed concernant notamment l’introduction de nouvelles taxes touchant le domaine du numérique dans la loi de Finance.

Depuis déjà plusieurs années le gouvernement tunisien semblait avoir pris la mesure de l’impact des nouvelles technologies et de leur potentiel apport dans l’économie du pays. Récemment le premier ministre Youssef Chahed a même changé le nom de l’ex ministère des Technologies de l’Information et des Communications pour y intégrer la notion d’économie numérique. En charge de ce portefeuille ministérielle Anouar Maarouf rappelait d’ailleurs lors d’une de ses sorties les objectifs du pays à l’horizon 2020 « connecter toute les familles tunisiennes, créer 100 .000 emplois, l’école du numérique » reconnaissant tout de même « un écart entre les objectifs, et l’avancée des projets » le ministre aura bien du mal a expliquer comment les nouvelles mesures vont améliorer la situation.

En effet on apprend dans le texte que souhaite adopter le gouvernement que sont prévus une surtaxe de 20% des équipements qui permettent l’acheminement d’Internet. De plus une autre surtaxe de 20% des modems, ce qui augmentera le prix de raccord pour les familles par exemple. Enfin une autre taxe dite « droit de timbre » qui s’élèverait à 14% du montant en TTC de la facture. Ainsi les observateurs pensent qu’au total le coût de raccord et la facture dont devront s’acquitter les tunisiens s’ils veulent un accès internet devrait augmenter de 22%.

Un projet de loi qui fait grincer des dents de nombreuses personnalités tunisiennes à commencer par celle qu’on appelle « La patronne des patrons » Wided Bouchamaoui, à la tête de l’Union tunisienne de l’industrie , du commerce et de l’artisanat (Utica). La co-prix Nobel de la paix 2015 prévient « le projet de loi aura une incidence négative sur l’activité des entreprises, leur compétitivité, ainsi que leur capacité à investir et créer des emplois »

L’année dernière d’après Nasr Ali Chakroun directeur général de GlobalNet ( fournisseur d’accès Internet en Tunisie) 45.000 familles ont résilié leur accès au web.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique en Tunisie :

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *