Le Tourisme est encore à la rescousse de l’économie tunisienne
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #Institutions #TUNISIE
Kheireddine Batache
mardi 14 novembre 2017 Dernière mise à jour le Mardi 14 Novembre 2017 à 08:27

Selon la Banque Européenne pour le Reconstruction et le Développement (BERD) les perspectives de croissance en Tunisie s’établiront autour des 2,7% en 2018 contre 2,2% en 2017 soit une hausse de 0,5%, en grande partie grâce aux performances du secteur touristique.

La Banque Européenne pour le Reconstruction et le Développement (BERD) prévoit une forte croissance pour l’économie de la Tunisie en 2018, pouvant atteindre les 2,7%. Pour se faire, la Tunisie s’en remet encore une fois à son secteur de prédilection, le tourisme, car il réalise à lui seul une hausse de 8% au premier semestre 2017. Mais pour concrétiser ces chiffres, elle devra également concentrer ses efforts sur l’accélération du rythme de la production dans les secteurs vitaux comme le phosphate ou la production agricole

« Des fonds seront injectés dans les caisses d’assurance agricole, qui aideront les agriculteurs à mieux faire face aux dommages causés par les intempéries » :

En effet, ce taux de croissance prévu par le BERD reste tributaire des efforts consentis dans bon nombre de secteurs clés de l’économie tunisienne. A l’instar du tourisme, l’agriculture devra jouer le rôle de locomotive. « Des fonds seront injectés dans les caisses d’assurance agricole, qui aideront les agriculteurs à mieux faire face aux dommages causés par les intempéries » a déclaré le ministre tunisien des finances, Ridha Chalghoum. Le gouvernement devra tabler sur une augmentation de la valeur ajoutée du secteur agricole à 5,5% en portant le niveau de production à millions de quintaux en 2018, contre 16.1 millions en 2017. Ces bonne intentions devront se reporter sur la production d’huile d’olive afin d’en doubler la production et atteindre le 1 million de tonne en 2018.

Accélérer le rythme des réformes structurelles afin de redorer le blason de l’économie nationale.

Pour les autorités tunisiennes, l’heure est aux efforts si l’on veut rendre effectives les prévisions de croissance de la BERD. Ainsi, l’état entend réduire le déficit budgétaire par tous les moyens afin de stabiliser le niveau d’endettement. Celui-ci devra rester en dessous de 5%. Il sera également question de maintenir l’inflation à un niveau acceptable. « Cet objectif est réalisable si on considère les mesures prévues dans ce projet de loi », a déclaré le ministre.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique en Tunisie :

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *