Les tensions entre le Liban et l'Arabie Saoudite s'accentuent
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #Institutions #Politique #LIBAN
Ecomnews Med Redaction
mardi 14 novembre 2017 Dernière mise à jour le Mardi 14 Novembre 2017 à 09:09

La récente démission du premier ministre libanais Saad Hariri cristallise les tensions entre le pays du Cèdre et le royaume saoudien. Ce dernier a demandé a ses ressortissants de quitter le pays au plus vite.

« Vu la situation au Liban, le royaume demande à ses ressortissants en visite ou résidant au Liban de le quitter le plus tôt possible, et conseille à ses ressortissants de ne pas s’y rendre » la déclaration émane du ministère saoudien des affaires étrangères, et confirme les tensions palpables entre les deux pays. Du côté libanais, on attribue directement la démission du premier ministre Saad Hariri à Riyad. L’allocution télévisée du premier ministre intervenu depuis Riyad pour annoncer sa décision et dénoncer « la mainmise de l’Iran et du Hezbollah sur le pays » conforte un peu plus cette thèse.

En effet les relations tendus entre Téhéran et Riyad ne sont un secret pour personne, les deux grandes puissances régionales s’affrontent sur différents dossiers notamment la Syrie, le Yémen et le Liban. Le Hezbollah chiite, et grand allié de l’Iran a dénoncé via la voix de son chef Hassan Nasrallah une décision « imposée par le royaume au premier ministre, dont ce n’est ni l’intention , ni la volonté »

Au Liban cette décision a été accueilli avec grande surprise, et fait craindre au pays une instabilité politique tant les équilibres sont fragiles dans le pays. D’un côté le Hezbollah chiite, les sunnites, les chrétiens, des tensions aux frontières syriennes et israéliennes, et une récente menace de frappes aériennes de Tel-Aviv dont la destruction du Hezbollah est un objectif de longue date.

Du côté iranien la réaction ne s’est pas fait attendre, Bahram Ghassemi porte parole du ministère des affaires étrangères a accusé sans nommer les saoudiens «  d’accusations sans fondement, visant a créer l’instabilité dans la région au bénéfice du régime sioniste » faisant référence à Israël.

Plusieurs récents événements font craindre une forte montée des tensions dans l’ensemble de la région. Récemment un missile tiré depuis le Yémen sur l’Arabie Saoudite a été attribué selon Riyad au régime iranien. Une situation très tendu alors même que la coalition international annonce la défaite militaire de Daech. En déplacement aux Emirats-Arabes-Unis , le président français Emmanuel Macron a changé son programme au dernier moment pour une visite express en Arabie Saoudite.

Au Liban le président chrétien Michel Aoun se retrouve dans une impasse politique et précise qu’il « attendra le retour du premier ministre dans le pays pour prendre ou non acte de sa démission ». Et l’attente risque de durer, Saad Hariri dont la femme et les enfants vivaient déjà en Arabie Saoudite ne souhaite pas rentrer par « crainte pour sa vie ».

Sami Bouzid.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique au Liban :

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *