La société israelienne AGT est de retour aux affaires aux Emirats Arabes Unis
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #Economie #Entreprises #ISRAEL
Kheireddine Batache
mardi 21 novembre 2017 Dernière mise à jour le Mardi 21 Novembre 2017 à 16:19

Dans le cadre d’un partenariat entre les deux pays, la société spécialisée dans les systèmes de sécurité des infrastructures Asia Global Technology (AGT) serait chargée de la protection des installations pétrolières et gazières aux Emirats Arabes Unis. Elle serait également responsable de la conception d’un réseau de surveillance civile dans la ville d’Abou Dhabi, selon le site Middle East Eye (MEE).

Vers une normalisations des relations économiques entre l’Etat hébreu et le pays du golfe ?

Il semblerait que le ciel sombre des relations commerciales entre Israel et les Emirats Arabe Unis ait l’air de s’éclaircir. En effet, si l’on se réfère à ce que rapporte le site (MEE), le riche état du golf persique a passé un accord avec la société spécialisée dans les systèmes de sécurité des infrastructures AGT, sous la forme d’une joint-venture avec deux entreprises locales. Appartenant à l’entrepreneur Mati Kochavi, AGT n’en est pas à sa première expèriece aux Emirats Arabes Unis.

Selon le journal local (Al-Ittihad), l’entreprise israelienne avait réussi à empocher un premier contrat estimé à 816 millions dollars, avec le gouvernement d’Abou Dhabi, en 2008. En partenariat avec les deux entreprises locales Advanced Integrated Systems (AIS) et Advanced Technical Solutions (ATS) , la compagnie était censée « protéger toutes les installations vitales de l’émirat d’Abu Dhabi », d’après la même source.

Quant au nouvel accord signé avec les EAU, il porte sur le volet très sensible de la sécurité des installations pétrolières et gazières au EAU. Passé leader dans ce domaine, Israël ne cesse d’étendre son réseau d’entreprises dans le monde et notamment au Moyen-Orient. Réputées pour être à la pointe de l’innovation, les technologies israéliennes en matière de sécurité s’arrachent comme des petits pains.

Des relations économiques et politiques en mode : je t’aime, moi non plus !

“Les relations politiques sont de haut niveau et les affaires doivent être faites avec la bénédiction et la participation des acteurs étatiques mais, bien sûr, personne ne l’admet”. Cette déclaration du professeur d’économie politique à l’Université de Tal Aviv Yitzhak Gal illustre bien le panorama des relations économiques entre les deux pays. Dans une règion à forte sensibilité géopolitique, le recours aux partenariats commerciaux entre les deux états moyen-orientaux pourrait s’avérer profitable à leurs économies respectives. Car si, officiellement, les liens commerciaux entre Israël et les EAU sont au point mort, il n’en est pas toujours le cas derrière les coulisses.

En 2016, L’ambassadeur des Emirats Arabes Unis aux Etats-Unis, Yousef al Otaiba, avait à plusieurs reprises, réitéré sa volonté de voir les relations israelo-émirienne se normailser. Un appel entendu de l’autre coté de la péninsule arabique. En effet, selon le site (identitejuive.com), les autorités de l’Etat hébreu n’ont émis aucun Veto quant à une circulation libre du « business » avec les Emirtas et ce, malgré un différend financier ayant opposé justement, la société AGT aux autorités émiriennes en 2012, et qui a eu pour conséquence l’enrayement de la bonne marche du commerce entre les deux protagonistes de cette affaire.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique en Israel :

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *