Le Maroc confirme son statut de champion africain dans le domaine du Climat
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #Economie #Institutions #MAROC
Kheireddine Batache
mardi 21 novembre 2017 Dernière mise à jour le Mardi 21 Novembre 2017 à 09:55

Dans le cadre de sa participation aux travaux de la 23ème Conférence des Parties (COP23) de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) tenue à Bonn (Allemagne) du 6 au 17 novembre 2017, le Maroc postule pour être partie prenante dans la création d’un groupe de travail Climat de l’organisation des Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU) Afrique.

Devenu le champion incontesté du Climat après avoir été le premier pays africain primé par le Fonds Vert des Nations Unis pour tous les efforts consentis en matière de réduction des effets du changement climatique, le Maroc revient au devant de la scène. En effet, il s’est porté volontaire pour faire partie des pays membres de la nouvelle Task Force Climat CGLU Afrique.

Le lancement officiel de ce groupe de travail a eu le mardi 14 novembre 2017 sous la présidence du ministre de la décentralisation et de la gouvernance local béninois Barnabé Dassigli,  en marge de la tenue de la COP 23, à Bonn.

Par ailleurs, le Maroc sera représenté par le directeur de L’Agence 4C auprès du Ministère de l’Environnement du Maroc, Mohammed Nbou, mais également par le Professeur Fatima Arib, Chargée de Mission Développement Durable et Grands Projets auprès de la Présidence de l’Université Cadi Ayyad de Marrakech.

L’initiative issue des travaux de la COP 23 Bonn aura pour objectif d’identifier et mobiliser les parties prenantes, au nom des autorités locales et régionales en Afrique (communautés, états, associations, ONG, etc.) en vue de former une coalition internationale d’acteurs engagés dans l’accompagnement des villes et territoires africains. Ceux là, devront ainsi pouvoir accéder aux financements et notamment celui du Fonds Verts des Nations Unis.

D’autre part, s’il faut admettre que les efforts en matière de Climat en Afrique restent, pour le moins insuffisants, force est de constater que le Maroc est en passe de devenir la locomotive du continent noir dans ce domaine. Après le succès fulgurant de la COP 22, le Royaume chérifien entend capitaliser cette réussite pour rester à l’avant-garde des acteurs oeuvrant pour la sauvegarde de la planète et ne rechigne plus à afficher clairement ses ambitions de coopération internationale pour l’Environnement.

En Avril 2017 la ville de Rabat avait déjà accueilli un atelier organisé par CGLU Afrique (qui réunit 40 associations africaines et 2000 villes de plus de 100 000 habitants) et ENERGIES 2050. Il a débouché sur la signature d’un protocole sur le renforcement des capacités des villes et territoires à combattre les effets du changement climatique et la mise en place d’un d’une stratégie de développement urbain durable en Afrique.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique au Maroc : 

   

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *