#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Entreprises #PhotosEtVideos #VieDesEntreprises #TUNISIE
Ecomnews Med Redaction
mercredi 22 novembre 2017 Dernière mise à jour le Mercredi 22 Novembre 2017 à 08:55

Lors de la troisième édition du Booster Camp Lyon (un programme d’accélération pour start-up qui a eu lieu du 14 au 16 novembre 2017), huit start-up tunisiennes étaient présentes. Focus sur d’eux d’entre elles qui, chacune à leur façon, ont pour objectif d’aider les Tunisiens à développer leurs activités financières.

 

AUMED : une solution pour aider les publics précaires

Mohamed Ben Mahmoud est un ingénieur 29 ans, cela fait trois ans qu’il développe AUMED, une solution en trois niveaux d’aide destinée « aux vendeurs ambulants, aux jeunes au chômage et aux petits business ». Ces trois niveaux sont donc : l’aide technique, l’aide à la formation et l’aide à l’accès aux services financiers pour le public visé. L’aide technique se concrétise par un tricycle « aménagé et ergonomique pour les métiers du secteur ».

Ensuite, AUMED propose également une formation spécialisée, destinée aux jeunes chômeurs qui veulent se lancer comme vendeurs ambulants. Et enfin, le niveau financier répond à une problématique particulière : « la clientèle cible n’a pas accès au banque vu qu’elle exerce en majorité dans le secteur informel, donc on a facilité l’accès au financement », notamment grâce à des partenariats avec des banques de micro-crédit. Cela leur permettra de payer le tricycle, la carte grise, l’assurance et avoir un peu d’argent pour débuter une activité.

Ce dernier aspect répond directement à un problème concret que Mohamed Ben Mahmoud a constaté durant ses recherches : « On les voit partout les vendeurs ambulants, dans notre pays et en Afrique en général. Je voulais faire un truc pour les aider. Puis en faisant de la recherche et développement, j’ai vu leurs problèmes, comme quoi ils n’arrivaient pas à accéder aux banques par exemple. »

Digit Us : la plateforme numérique d’échange d’argent

L’accès au circuit financier est une problématique qui est également à l’origine de la création de Digit Us. Mokhtar Bennari, Chief Operating Officer de la start-up témoigne : « Aujourd’hui, en Tunisie, beaucoup de personnes qui ne sont pas bancarisées, ne peuvent pas faire d’achats sur Internet. En plus on ne peut pas payer avec des cartes crédits internationales en Tunisie. »

C’est pour ça que Hichem Ben Fadhl et Walid Driss, les deux fondateurs de Digit Us, ont décidé, en 2015, de développer une plateforme numérique d’échange d’argent. Cette application permet aux gens, qu’ils soient clients de banques ou non, de faire des achats, payer des factures, rembourser un prêt ou encore recharger un compte téléphonique. Mokhtar Bennari ajoute que « le nombre de transaction en cash en Tunisie est très important » et que le gouvernement souhaite « développer cette activité de e-commerce et de paiement mobile pour diminuer au maximum de nombre de transaction en cash ».

Digit Us s’inscrit donc dans cette volonté, tout en essayant de faciliter les transactions financières quotidienne des Tunisiens : « [En Tunisie] beaucoup de transactions ont un montant inférieur à 16€, et avec cette somme on ne peut ni faire de virement ni payer par carte. » L’application est en production depuis 6 mois et une nouvelle version avec plus de fonctionnalités est prévue pour janvier 2018.

Ces deux start-up ont d’ailleurs été sélectionnées pour la prochaine étape de Big Booster et participeront aux prochains Booster Camp internationaux.

Zoé Favre d’Anne.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique en Tunisie :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *