Fitch ratings : pourquoi faut il investir en Tunisie ?
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Decideurs #Economie #Emploi #Entreprises #Institutions #Politique #VieDesEntreprises #TUNISIE
Kheireddine Batache
lundi 4 décembre 2017 Dernière mise à jour le Lundi 4 Décembre 2017 à 10:38

Selon un rapport publié récemment par l’agence de notation Fitch ratings, La Tunisie occupe la 9ème place du classement des pays de la zone Moyen-orient Afrique du Nord (MENA) en matière de risques opérationnels et la 110ème au niveau mondial.

En région Moyen Orient Afrique du Nord (MENA), il fait, à priori bon investir en Tunisie. Présentant une série d’avantages macroéconomiques non négligeables tels que l’ouverture sur l’investissement étranger ; la proximité de l’Europe et des marchés africains ; l’adhésion à divers accords de libre échange, le risque opérationnel lié à l’investissement à totalisé un score de 47,8/100, selon l’agence Fitch ratings.

“La Tunisie s’est investie en créant plusieurs zones de libre échange en dehors de la capitale, ce qui reflète son engagement à attirer de nouveaux investisseurs dans des activités prometteuses, en l’occurrence les télécommunications.”  

Un score honorable au vu de la situation politico-économique instable qu’a connu le pays depuis les épisodes du printemps arabe. En effet, l’agence de notation met en relief plusieurs paramètres encourageants : les zones de libre échange, la baisse de l’indice de la bureaucratie dans les échanges commerciaux et l’amélioration du service publique.  

D’autres avantages ont également été relevés dans ce rapport. Cela concerne l’ouverture de l’environnement de l’investissement et les incitations fiscales mises en place dans des secteurs clés comme celui des télécommunications.

Il subsiste quand même quelques bémols.

Par ailleurs, le rapport de Fitch ratings est moins flatteur lorsqu’il s’agit des risques liés au marché du travail, de cybercriminalité ou de logistique. Avec un score de 43,6/100, la Tunisie s’est classée à la 15ème position des pays de la région MENA. Le rapport pointe du doigt “l’inadéquation entre les compétences humaines et les besoins du marché du travail, le niveau élevé des impôts appliqués au contribuable et l’importante contribution qu’il assure au profit des caisses sociales.”

Idem pour la cybercriminalité. La Tunisie toltalise un score de 46,7/100 du fait de la précarité que connaît le pays en matière de sécurité. Le rapport observe un risque émanant de la situation alarmante que connaît la région de l’est du Maghreb depuis quelques années.

Pour rappel, un risque opérationnel est la somme des pertes potentielles dues à une inadaptation ou une défaillance imputable à certains paramètres exogènes ou endogènes.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique en Tunisie :

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *