Algérie : le port de Cherchell future base de la verticale Europe-Méditerranée-Afrique ?
#ASavoir #Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #Emploi #Entreprises #Institutions #Politique #VieDesEntreprises #ALGERIE
Kheireddine Batache
jeudi 7 décembre 2017 Dernière mise à jour le Jeudi 7 Décembre 2017 à 15:07

Le vice-ministre chinois du Commerce et représentant adjoint du Commerce de la Chine, Yu Jianhua a effectué une visite de prospection au niveau du futur chantier du port Centre d’El Hamdania, dans la région de Cherchell (département de Tipaza), le lundi 3 décembre 2017. Les travaux de réalisation devraient débuter très prochainement.

Quand l’Algérie et la Chine Unissent leurs forces, ça donne naissance au plus grand port commercial en Afrique. C’est du moins ce que laisse entendre le très significatif slogan choisi pour illustrer ce partenariat : « les liens de l’amitié nous unissent à jamais, ensemble nous tracerons la route de la soie.» En effet, la convergence du néolibéralisme économique chinois et des perspectives de croissance algériennes a donné lieu à une partenariat d’excellence, notamment dans le secteur des travaux publics et des infrastructures.

Dernier né de ce mariage d’intérêts, une joint-venture entre les deux pays pour élaborer une méga infrastructure portuaire. Un projet qui viendra concurrencer le port marocain de Tanger Med et lui disputer son hégémonie sur le contient africain. D’un coût global estimé à environ 3,3 milliards de dollars, le port sera financé par un crédit chinois à long terme et pourra accueillir ses premiers cargos à l’horizon 2025.    

Situé à environ 90 kilomètres à l’ouest d’Alger, la nouvelle plateforme s’étendra sur une superficie supérieure à 1000 hectares, complétée par un zone logistique de 2000 hectares. Avec une capacité de traitement de 6,5 millions de conteneurs et de 25,7 millions de tonnes/an de marchandises, le futur port disposera de 23 quais.

Au-delà de l’empirisme des chiffres, une lecture plus pragmatique s’impose. Cet énième investissement sino-algérien plante les jalons d’une bataille économique au sein de la Méditerranée, à laquelle se joindront toutes les puissances de ce monde. Car conjugué à la route Transharienne, autre projet d’envergure qui reliera Alger à Lagos, il cristallise la dimension géostratégique d’une coopération économique multilatérale naissante, via la verticale Euromed-Afrique.

Si l’on se réfère l’analyse faite à la rédaction d’Ecomnews med par le président de I’institut de Prospective Economique du Monde Méditerranéen (IPEMED) Jean-Louis Guigou, l’Algérie a une énorme opportunité de relancer sa compétitivité économique et attirer davantage d’Investissements Directes Etrangers (IDE), grâce à la dorsale de l’Afrique. En portant l’activité logistique à bout de bras, elle permet aux industriels et opérateurs étrangers de compacter leur chaîne de valeur pour réduire leurs coûts de production et augmenter de facto leurs marges bénéficiaires.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique en Algérie :

    

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *