Benjamin Netanyahou vole au secours du géant pharmaceutique Israélien Téva
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #Entreprises #Institutions #VieDesEntreprises #ISRAEL
Juli Choquet
lundi 18 décembre 2017 Dernière mise à jour le Lundi 18 Décembre 2017 à 14:15

Alors que l’entreprise connaît des difficultés financières et risque de licencier plus de 1700 personnes à Jérusalem, le gouvernement tente de sauver ce fleuron de la technologie Israélienne à travers le monde. Reportage.

Téva, l’industrie pharmaceutique mondiale souhaite licencier un quart de ses salariés à travers le monde. 14 000 personnes travaillent actuellement dans la multinationale. Les travailleurs Israéliens ne sont pas exempts de la mesure où deux unités de production vont être fermées à Jérusalem.

Il faut dire que la multinationale souffre d’une concurrence féroce sur le prix des médicaments génériques notamment ceux fabriqués en Asie ou en Chine. Si l’entreprise pharmaceutique Téva détient encore des marchés de monopole en Europe, elle semble en difficulté au Moyen Orient, en Afrique ou sur certains traitements au sein du marché Américain. Le Copaxone par exemple est un médicament pour soigner la sclérose en plaques où Téva en avait le monopole. Aujourd’hui ce n’est plus le cas, et cette perte de marché pousse la compagnie à des vagues de licenciements.

Le Premier Ministre Benjamin Netanyahou a annoncé à la presse locale vouloir rencontrer le PDG de Téva, le Danois Kare Shults afin de réduire le nombre de licenciement. En effet depuis 2006, Israël a fait bénéficier au groupe Téva plus de 6 milliards d’allégements fiscaux.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique en Israel :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *