Fès à la recherche d'une dimension Méditerranéenne
#ASavoir #Actualite #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Politique #MAROC
Kheireddine Batache
vendredi 5 janvier 2018 Dernière mise à jour le Vendredi 5 Janvier 2018 à 14:06

Dans le cadre du renouvellement du jumelage entre les villes de Fès et Montpellier, la rédaction d’Ecomnews med s’est entretenue avec Driss El Azami El Idrissi, Député Maire de Fès sur la dimension méditerranéenne de la ville bleue.

 

Considérée comme la capitale culturelle et spirituelle du Maroc, la ville antique de Fès joue désormais des coudes pour se faire une place de choix sur l’échiquier de l’économie aux niveaux local comme régional. Deuxième ville du Royaume chérifien, cette ville du nord-est a décidé de s’ouvrir sur la Méditerranée à travers divers projets de jumelages et de coopération. Ses atouts : un potentiel économique dans différents secteurs (tourisme, industrie, agriculture) et un attrait culturel reconnu. Son ambition : le renforcement de l’ancrage méditerranéen.

Driss El Azami El Idrissi député maire de Fès, Philippe Saurel maire de la Ville et de la Métropole de Montpellier.

Quels sont les défis économiques de la ville de Fès ?

Lors de la conférence de presse organisée le 22 décembre 2017 à l’Hôtel de ville de Montpellier, à l’occasion du renouvellement du jumelage de Fès et la ville occitane, Driss El Azami El Idriss a été très explicite quant à sa volonté de faire de sa ville une plaque tournante de l’industrie numérique au Maroc. Abritant un important tissu industriel et artisanal qui représente 62 % des unités de la région Fès-Meknès et environ 64 000 artisans, la ville  se meut en une Sillicon valley et fait les yeux doux aux startups du monde entier.

Nous voulons mettre en place une dynamique réelle de coopération avec la ville de Montpellier autour du numérique car il s’agit d’une ville qui a fait ces preuves dans ce domaines.” a déclaré le maire de Fès au micro d’Ecomnews Med. En 2012 et sous l’implulsion de l’Université Sidi Mohammed Ben Abdallah (USMBAF), la cité de l’innovation avait ouvert ses portes afin d’accueillir des entreprises innovantes, des projets en incubation et des spin-off et permettre d’augmenter les contrats de recherche entre l’USMBAF et les entreprises.

L’excellence académique au service de la Méditerranée

Fruit de la coopération de plusieurs pays du pourtour méditerranéen (UEMF), l’Université euro-Méditerranéenne de Fès est un modèle d’intégration régional dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche. Labellisée par l’Union pour la Méditerranée (UpM) en 2012, ce “Harvard” version marocaine rend hommage à Fès, ville qui autrefois abritait la première université au monde, celle d’Al Quaraouiyine. “Ce projet cristallise l’engouement de notre ville à faire du dialogue entre les civilisation  et les culture, un vrai état d’esprit” a confié Driss El Azami El Idrissi à notre rédaction.

L’UEMF ambitionne d’être un pôle d’excellence et de rayonnement scientifique et développe à cet effet des programmes de formation et de recherche innovants obéissant aux meilleurs standards internationaux. Elle se compose de deux pôles : le pôle Ingénierie et Architecture et le pôle Sciences Humaines et Sociales (SHS).

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique au Maroc :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *