Liban : La crise des déchets occupe le conseil des ministres
#Actualite #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #EnDirectDe #Institutions #Politique #LIBAN
Sami Bouzid
vendredi 12 janvier 2018 Dernière mise à jour le Vendredi 12 Janvier 2018 à 09:53

Sous la présidence du Premier ministre Saad Hariri, le gouvernement libanais s’est réuni pour discuter notamment de la crise de déchets, et de l’agrandissement des deux décharges autour de Beyrouth.

 

Le traitement des ordures engendre la colère des libanais, à l’image de Bourj Hammoud où les déchets sont directement en contact avec la mer Méditerannée 

” Avons-nous d’autres choix ? ” c’est par ces mots que le ministre de l’industrie Hussein Hajj Hassan a tenté de justifier le choix vers lequel le gouvernement semble pencher. Le traitement des déchets est un réel problème au Liban, le pays avait été secoué déjà par cet enjeu et des manifestations s’étaient organisées à Beyrouth. A l’époque une campagne citoyenne du collectif « Vous Puez » avait fait grand bruit. Il s’agissait d’une vidéo détournant un clip officiel du ministère du tourisme, on pouvait notamment y voir filmé par un drone une rivière de déchets.

Deux ans plus tard la situation semble toujours au point mort. Les deux décharges de Costa Brava et de Bourj Hammoud sont saturées, et le gouvernement sur avis du Conseil du développement et de la reconstruction (CDR) envisage leur agrandissement. Un réel problème pour de nombreux libanais tant les deux décharges crée la polémique. En effet elles ont été construites à même la mer, et outre la saturation rapide, elles posent un réel problème écologique. D’autant que le plan dessiné par le gouvernement en mars 2016 prévoyait une durée de vie de quatre ans.

Certains députés font savoir leur désapprobation, et notamment Ibrahim Knaan du groupe parlementaire Changement et réforme qui a appelé via son compte twitter à “ geler le dossier d’agrandissement ” tout en ajoutant qu’il valait mieux “ se pencher sur les moyens d’établir des centrales de tri en coopération avec les municipalités “

De son côté le ministre de l’industrie Hussein Hajj Hassan a rappelé la position du gouvernement “ Nous sommes en faveur de l’agrandissement sous certaines conditions “. Des réserves au sein même du gouvernement sont pourtant émises Talal Arslane, ministre des Déplacés a souligné que “ le rapport du CDR ne contient pas de chiffres “ une façon d’exprimer son doute le choix du Premier ministre. 

Le sujet reste épineux et le gouvernement de Saad Hariri peine à trouver une solution, si on se dirige probablement vers l’agrandissement des deux décharges le Premier ministre devra convaincre de la solidité et la viabilité à long terme du projet.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique au Liban :

 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *