Algérie : Chakib Khelil possible successeur d'Abdelaziz Bouteflika ?
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #Economie #Institutions #Politique #ALGERIE
Kheireddine Batache
lundi 15 janvier 2018 Dernière mise à jour le Lundi 15 Janvier 2018 à 15:43

Selon le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP) Abderrezak Mokri, l’ex ministre de l’Energie et des Mines Chakib Khelil serait en campagne pour être candidat aux élections présidentielles de 2019. Une information relayée par le site "Observ Algérie".

Poignée de main entre Chakib Khelil et Abdelaziz Bouteflika

Que se trame t-il dans les sous-sol d’El Mouradia ?  A l’heure où l’agitation commence au niveau des “starting blocks” de la prochaine présidentielle prévue en 2019, voici qu’un acteur politique identifié comme opposant à l’actuel gouvernement, en l’occurrence le Président du MSP Abderrezak Mokri, vient de “lâcher une bombe” dans l’espace médiatico-politique algérien : le sulfureux ex-président de la Sonatrach et proche des cercles du pouvoir, Chakib Khelil, serait en lice pour les prochaines élections présidentielles. Mais qui est Chakib Khelil ?

Le Président du Mouvement de la société pour la paix (MSP) Abderrezak Mokri

Né à Oujda en 1939, l’ex président de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) occupe la fonction de ministre de l’Energie et des Mines, suite à l’arrivée du Président Abdelaziz Bouteflika au pouvoir en 1999 et demeure en place jusqu’en 2010, année ou éclate l’affaire ENI. Il s’agit d’accusations de corruption dans l’octroi de marchés entre Sonatrach et ses partenaires à la fin des années 2000. Eclaboussé par cette affaire de malversations, le poulain du président démissionne de son poste et s’exile aux Etats-Unis, après avoir fait l’objet d’un mandat d’arrêt international émis par la justice italienne. Sans réelles preuves de son implication dans le scandale Sonatrach, Il rentre en Algérie en 2016, après l’annulation de son mandat d’arrêt. Il y entama de suite une campagne de “réhabilitation” auprès de l’opinion publique.

Cité plusieurs fois comme possible successeur au “règne” d’Abdelaziz de Bouteflika par les médias locaux et internationaux, Chekib Khelil se pose actuellement en expert économique et silionne les plateaux de télévisons algériennes pour y exposer sa vision sur l’économie algérienne. Récemment, des personnes faisant partie de sa nébuleuse ont fait savoir qu’il avait décliné l’offre d’occuper la fonction de Premier ministre, une proposition qui lui avait été faite avant la désignation d’Ahmed Ouyahia à ce poste qu’il connaît si bien !

L’annonce de Abderreazk Mokri intervient dans un contexte plutôt tendu où le son de cloche d’un éventuel “cinquième mandant” d’Abdelaziz Bouteflika retentit déjà en Algérie. Considéré comme un fidèle du président, le supposé candidat à l’élection présidentielle de 2019 se verra t-il enfin adoubé par son mentor afin d’accéder au pouvoir suprême, dans le cas où il serait dans l’incapacité de se représenter comme candidat à sa propre succession ? Les spéculations vont bon train à ce sujet et certains penseront que Abderrezak Mokri dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Affaire à suivre !

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique en Algérie : 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *