Maroc/textiles : 7000 emplois seront créés à Fès
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #Economie #Emploi #EmploiFormation #Entreprises #VieDesEntreprises #MAROC
Kheireddine Batache
lundi 22 janvier 2018 Dernière mise à jour le Lundi 22 Janvier 2018 à 10:10

Après l’aéronautique, c’est le secteur des textiles qui est à l’honneur dans la région de Fès-Meknès, au Maroc. Le gouvernement aurait l’intention d’y réaliser un important investissement, susceptible de créer jusqu’à 7000 emplois.

Dans la Règion de Fès-Meknès comme ailleurs, le secteur de l’industrie est en ébullition au Maroc. Mais si celle-ci se fait particulièrement remarquer par les acteurs du monde économique et ses bailleurs de fonds. C’est que son potentiel ne laisse personne indifférent et notamment à Fès.

Forte de ses atouts (compétitivité, infrastructures et tissus de PME), la ville spirituelle du royaume a troqué le mysticisme impérieux de sa Médina contre le pragmatisme des usines. Non pas qu’elle se renie, elle se réinvente !

C’est dans cet esprit de reconquête industrielle que l’idée d’un important projet dans le textile a gagné en maturité. En effet, Le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Économie numérique Moulay Hafid Elalamy a annoncé dimanche 21 janvier que des négociations avec une grande société multinationale dont la dénomination n’a pas été divulguée, sont en cours pour la réalisation d’un investissement dans le domaine du textile. A la clé : la création de quelque 7000 emplois directs.

La future installation s’érigera sur les vestiges d’une ancienne entreprise (la Cotef) qui a fait faillite et qui est en liquidation. Stratégiquement situé (dans le quartier industriel Sidi-Ibrahim), le terrain de la Cotef sera récupéré et reconverti dans les activités textiles afin d’en préserver le caractère industriel.  

Soucieux de contrecarrer l’expansion chinoise dans le domaine des textiles qui mettent danger la pérennité de ce secteur d’activité dans la région de Fès-Meknès, mais aussi dans tout le pays, le Maroc ne veux pas jouer les attentistes et mène la charge au moment ou le géant asiatique ralentit, suite à la hausse continue de ses coûts de main-d’œuvre.

Le royaume cherche aussi à mettre à contribution les retombées économiques des réseaux africains et euro-méditerranéens qu’il entretient et qui font de lui acteur compétitif dans ce domaine.

Selon Moulay Hafid Elalamy, les textiles et l’automobile sont les deux secteurs qui connaîtront davantage de croissance et créeront le plus d’emplois à Fès. Il a indiqué à ce titre, que des investissements dans le domaine automobile sont également à l’ordre du jour.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique au Maroc :

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *