Prolongation de l'état d'urgence en Egypte : quelles conséquences sur l'économie ?
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #Economie #Entreprises #Institutions #Politique #VieDesEntreprises #EGYPTE
Kheireddine Batache
mardi 23 janvier 2018 Dernière mise à jour le Mardi 23 Janvier 2018 à 10:00

Entré en vigueur après le nouvel épisode des attentas perpétrés en Egypte en 2017, l’état d’urgence vient d’être prolongé pour trois mois supplémentaires. Dans un contexte politique tendu, marqué par la tenue prochaine des élections présidentielles en mars 2018, cette décision ne fait pas l’unanimité.

Le président égyptien, le Maréchal Abdelfattah Al-Sissi

Rappelez vous, cela a eu lieu le jour du dimanche des rameaux, en avril 2017 ! Deux explosions causées par la déflagration de deux bombes avaient engendré un bilan de 45 morts et plusieurs blessés, à Tanta au nord du Caire. à la suite de ces tristes évènements, le gouvernement s’est empressé de rétablir l’état d’urgence pour tenter de contrôler la situation, par peur que celle-ci ne dégénère.  

Cette initiative vient d’être reconduite par le gouvernement qui proroge de trois mois le délai d’application de cette mesure. Mais loin de faire l’unanimité, la décision de prolonger l’état d’urgence inquiète les acteurs de la société civile en Egypte mais aussi les médias qui anticipent déjà un durcissement des règles qui régissent leur métier.

Par ailleurs, la tenue prochaine du scrutin présidentiel qui mettra aux prises le président Abdelfattah Al-Sissi à quiconque voulant s’opposer à lui pour disputer une éventuelle place à la tête de l’état risque de ne pas arranger les choses. En Egypte, on craint déjà que cette mesure serve plutôt à bâillonner les voix des potentiels opposants politiques du président, ainsi que leurs relais médiatiques.  

Un grain de sable dans les rouages de l’économie ?

D’autre part, l’on serait en proie à l’inquiétude quant aux éventuelles conséquences qu’aura le maintien de l’état d’urgence sur les affaires économiques du pays, car ne facilitant pas la vie aux divers acteurs économiques (entreprises, institutions, investisseurs, etc.) Après la reprise générale constatée à la fin 2017 et notamment en ce qui concerne le secteur touristique, cette décision pourrait fragiliser ce regain de confiance et aller, encore une fois, à l’encontre des intérêts économiques de l’Egypte.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique en Egypte :

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *