Égypte : Les autorités veulent miser sur le transport ferroviaire.
#Actualite #BuzzNews #Collectivites #Economie #Emploi #EnDirectDe #Institutions #Politique #EGYPTE
Sami Bouzid
mardi 6 février 2018 Dernière mise à jour le Mardi 6 Février 2018 à 16:48

Le ministre égyptien des Transports Hisham Arafat a annoncé la volonté du gouvernement de quintupler l'acheminement de marchandises par voie ferroviaire à l'horizon 2022.

 

Le pays dispose au total de plus de 5083 km de voies. 

L’Égypte traverse une grave crise économique due à l’instabilité politique du pays. La puissance africaine entend revenir au premier plan des acteurs de la région. Pour cela, le gouvernement entend investir massivement dans les infrastructures du pays. Ainsi le ministre des Transports, Hisham Arafat, veut multiplier par cinq le volume de marchandises transportées par voie ferroviaire. « Nous avons perdu beaucoup de temps en raison de conflits internes » note l’intéressé.

Actuellement l’Égypte transporte chaque année cinq millions de tonnes via ce moyen « mais il y a une volonté et une vision en ce qui concerne le développement du système de transport et de logistique » souligne Hisham Arafat. L’objectif est donc de passer à 25 millions de tonnes d’ici 2022.

La stratégie du gouvernement consiste à donner un cadre légal plus souple « la nouvelle loi doit permettre aux investisseurs locaux et étrangers d’engager un partenariat avec l’État ». Il est à noter que l’Égypte a déjà réalisé, dans le cadre de son programme routier national, quelque 5,000 kilomètres de routes. Le texte de loi sur les transports a été soumis au conseil d’État afin de le réviser et le valider. Il sera ensuite débattu à l’Assemblée en vue de son adoption.

Historiquement, le pays est le deuxième à s’être doté en chemins de fer, mais l’état des installations est inquiétant. En août 2017, le pays avait connu une grave collision entre deux trains, avec un bilan humain de 45 morts. Les experts avaient alors estimé que non seulement la situation des voies laisse à désirer, mais qu’en plus les techniciens n’étaient pas assez formés.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique en Egypte :

 

 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.